Dupilumab, une nouvelle option thérapeutique dans la rhinosinusite chronique avec polypes nasaux ?

  • Bachert C & al.
  • Lancet
  • 19 sept. 2019

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Deux essais de phase 3 montrent que chez les patients souffrant de rhinosinusite chronique sévère avec polypes nasaux (RSCaPN) et n’ayant pas répondu à un traitement par corticostéroïdes ou par chirurgie, l’ajout du dupilumab au traitement standard permet de réduire la sévérité des symptômes tout en étant bien toléré.
  • De plus, le recours aux corticoïdes systémiques et à la chirurgie a pu être réduit. Chez les patients asthmatiques, la fonction pulmonaire et le contrôle de la maladie ont pu être améliorés, suggérant un bénéfice commun aux pathologies liées à une inflammation de type 2.
  • Au vu de ces résultats, les auteurs soutiennent l’usage de cet anticorps monoclonal chez les patients souffrant de RSCaPN sévère.

 

La rhinosinusite chronique avec polypes nasaux (RSCaPN) concerne 4,3% de la population en Europe. Cette affection altère notablement la qualité de vie et la productivité au travail. Les récidives après chirurgie des polypes nasaux sont récurrentes et l’asthme est une comorbidité fréquente (65%), s’accompagnant parfois d’une maladie respiratoire exacerbée par l’aspirine (jusqu’à 16%). Les patients ayant ces comorbidités ont une forme plus sévère de RSCaPN. Ils ont souvent une dépendance aux corticoïdes systémiques, un contrôle insatisfaisant de leur asthme et des recours répétés à la chirurgie des sinus. Le dupilumab est un anticorps monoclonal humanisé ciblant les interleukines 4 et 13, des médiateurs de l’inflammation de type 2 impliquée dans ces pathologies. En France, il est indiqué dans le traitement de la dermatite atopique modérée à sévère de l’adulte nécessitant un traitement systémique. Les essais internationaux de phase 3 LYBERTY NP SINUS-24 et SINUS-52 viennent d’évaluer son efficacité et sa sécurité chez les sujets souffrant de RSCaPN sévère et mal contrôlée par corticoïdes, par chirurgie ou les deux.

Des patients avec  RSCaPN sévère, résistante aux corticoïdes systémiques et à la chirurgie

Ces deux essais ont enrôlé des patients adultes ayant une polypose naso-sinusienne bilatérale, des symptômes de sinusite chronique résistants aux corticoïdes intranasaux et  des antécédents de corticoïdes systémiques et/ou de chirurgie naso-sinusienne au cours des 2 années précédant l’inclusion. Dans l’étude LYBERTY NP SINUS-24, ils étaient randomisés pour recevoir du dupilumab (300 mg sc.) en plus du traitement standard (corticoïdes intranasaux) ou un placebo toutes les deux semaines durant 24 semaines. Dans l’étude LYBERTY NP SINUS-52, ils recevaient du dupilumab (traitement adjuvant, même dose) toutes les 2 semaines durant 52 semaines, ou toutes les 2 semaines durant 24 semaines puis toutes les 4 semaines sur les 28 semaines restantes, ou bien un placebo. Au total, 276 patients ont été enrôlés dans l’étude SINUS-24 et 448 dans l’étude SINUS-52. 

Une amélioration des symptômes de la  RSCaPN et un meilleur contrôle de l’asthme

Le score endoscopique des polypes nasaux (SPN), le score de congestion nasale (SCN) et le score de Lund-Mackay (encombrement des sinus évalué sur scanner, SLM) ont été réduits de façon significative dans les deux études à 24 semaines (critère composite principal), avec des différences par rapport au placebo de -2,06 [-2,43 à -1,69] pour SINUS-24 et -1,80 [-2,10 à -1,51] pour SINUS-52 pour le score SPN, -0,89 [-1,07 à -0,71] pour SINUS-24 et -0,87 [-1,03 à -0,71] pour SINUS-52 pour le score SCN et -7,44 [-8,35 à -6,53] pour SINUS-24 et -5,13 [-5,80 à -4,46] pour SINUS-52 pour le score SLM (p

Financement

Sanofi et Regeneron Pharmaceuticals