DT2 : projections mondiales de l’amélioration de l’espérance de vie grâce à un accès facilité à l’insuline

  • Basu S & al.
  • Lancet Diabetes Endocrinol
  • 20 nov. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Des projections sur les besoins en insuline en fonction d’une HbA1c cible et de l’accès facilité à ce traitement viennent d’être établies et publiées dans le Lancet dans le but de mieux comprendre et anticiper les attentes et les conséquences d'une évolution du recours à ce traitement. Que ressort-il de ces analyses ?

  • Le nombre d’individus diabétiques de type 2 nécessitant un recours à l’insuline va augmenter d’ici à 2030.
  • Le plus grand nombre d’années de vie en bonne santé serait atteint sous insuline si un objectif d’HbA1c cible fixé à 7% pour les sujets de moins de 75 ans et 8% pour ceux de 75 ans et plus était atteint. 
  • Ces objectifs d’HbA1c permettraient de diminuer au niveau international le nombre d’années de vie en mauvaise santé de 300.000 en 2030 en limitant notamment les risques d’hypoglycémies chez les sujets âgés. 
  • L’atteinte de ces objectifs nécessiterait selon ces projections d’augmenter l’accès à l’insuline au niveau mondial. Accès disparate encore aujourd'hui selon les régions du monde. L’optimisation des stratégies par voie orale en amont du passage à l’insuline contribuerait également à la diminution du nombre d’années de vie en mauvaise santé.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

La prévalence du diabète au niveau mondial a presque quadruplée depuis 1980. Environ 1 adulte sur 11 souffrait de diabète (type 1 et 2 confondus) en 2017, engendrant environ 12% des dépenses de santé. L’insuline est nécessaire à tous les diabétiques de type 1, et elle est proposée chez les diabétiques de type 2 après d’autres stratégies thérapeutiques dans le but d’augmenter les années de vie en bonne santé (ou de diminuer le nombre d’années de vie avec incapacité - DALY pour Disability-adjusted life year ).
Méthodologie

Une simulation de l’évolution du diabète de type 2 entre 2018 et 2030 a été réalisée sur un pool de 221 pays en utilisant les projections de prévalence de la Fédération International du Diabète et à partir de 14 études de cohortes regroupant plus de 60% de la population globale de diabétiques de type 2. Le nombre de sujets ayant besoin d’insuline (posologie en unités internationales-UI) après une stratégie thérapeutique par voie orale optimisée a été évalué, ainsi que le nombre de DALY évité.

Principaux résultats

Au niveau mondial, le nombre de sujets diabétiques de type 2 (DT2) pourrait passer de 405,6 millions en 2018 à 510,8 millions en 2030. Le nombre estimé de sujets DT2 par pays est à peu près proportionnel à la population de celui-ci avec cependant une proportion plus importante pour la Chine (prévalence des DT2 en 2030 de 7,9%), l’Inde (5,4%) et les États-Unis (9,0%). 

Sur la base de ces projections, les besoins annuels en insuline au niveau mondial pourraient augmenter de 516 millions de doses de 1.000 UI en 2018 à 633 millions en 2030.

Si les conditions d’accès à l’insuline s’améliorent, 15,5% des DT2 au niveau mondial pourraient avoir accès à une prise en charge par insuline dans le but d’atteindre l’objectif d’une HbA1c à 7% ou moins, contre 7,4% des DT2 si les conditions d’accès ne changent pas. Cette analyse a mis en évidence que les conditions actuelles d’accès à l’insuline n’étaient pas équivalentes d’une région du monde à l’autre, l’Afrique, l’Asie et l’Océanie étant plus en retard sur l’accès à ce traitement. 

Un objectif d’HbA1c cible à 7% pour les sujets de moins de 75 ans et à 8% pour les sujets de 75 ans et plus offrirait la meilleure espérance de vie (plus de 330.000 DALY évités 2030, incluant moins de risque d’hypoglycémies et un bénéfice à long terme sur les risques microvasculaires). 

Principales limitations

Il s’agit de projections qui peuvent s’avérer plus optimistes ou plus pessimistes en fonction de la variation de paramètres environnementaux (alimentation, activité physique…).