DT2 et trouble d’hyperphagie boulimique : le dulaglutide réduit les comportements d’hyperphagie boulimique

  • Da Porto A & al.
  • Diabetes Metab Syndr
  • 31 mars 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans une étude pilote, le dulaglutide a réduit l’hyperphagie boulimique (HB) chez les patients atteints d’un diabète de type 2 (DT2) et présentant un trouble d’hyperphagie boulimique (THB), phénomène accompagné d’une réduction du poids corporel et des taux d’HbA1c.  
  • Les analogues du glucagon-like peptide-1 peuvent être un traitement de choix chez ces patients.

Pourquoi est-ce important ?

  • La présence d’un THB et sa sévérité telles qu’évaluées par l’échelle d’évaluation de l’HB (Binge Eating Scale, BES) sont associées à un moins bon contrôle métabolique et à une plus grande difficulté pour parvenir aux cibles de traitement du DT2.

Protocole de l’étude

  • Une étude pilote, prospective et contrôlée, a été menée en ouvert auprès de 60 patients (32 femmes) âgés de 65 ans ou moins, ayant un taux d’HbA1c compris entre 7,5 % et 9 % sous metformine seule, une fonction rénale normale et ayant reçu un diagnostic de THB, qui ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir du dulaglutide à raison de 150 mg/semaine ou du gliclazide à libération modifiée à raison de 2–3 g/jour.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • Après 12 semaines de traitement, les 2 groupes ont présenté des réductions significatives du taux d’HbA1c en point de pourcentage :
    • -1,073 pour le dulaglutide ;
    • -0,753 pour le gliclazide ;
    • P = 0,009 entre les groupes.
  • Avec le dulaglutide, par rapport au gliclazide, des diminutions significatives ont été observées concernant :
    • le poids corporel : -4,767, contre 0,073 kg (P 
    • l’indice de masse corporelle (IMC) : -1,653, contre 0,040 kg/m2 (P 
    • la masse graisseuse corporelle exprimée en pourcentage : -1,850 %, contre 0,197 % (P 
    • le score BES : -12,067 points, contre -0,467 point (P 
  • Dans une analyse multivariée, la diminution du score BES était directement liée aux variations du poids corporel (P 
  • Aucun effet secondaire de nature gastro-intestinale n’a été rapporté.

Limites

  • Échantillon de petite taille.
  • Courte durée.