Douleur dans la partie inférieure du dos : la manipulation ostéopathique réduit les limitations des activités

  • Nguyen C & al.
  • JAMA Intern Med

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients souffrant d’une douleur dans la partie inférieure du dos (DPID) chronique ou sous-aiguë non spécifique, un traitement manipulatif ostéopathique (TMO) a réduit les limitations des activités de manière significative mais faible.

Pourquoi est-ce important ?

  • Il n’existe pas d’essais rigoureux de plus grande envergure sur le TMO.

Principaux résultats

  • Réduction moyenne des limitations des activités spécifiques à la DPID (score à l’indice d’incapacité liée à la dorsalgie du Québec [Quebec Back Pain Disability Index]) avec un TMO standard, par rapport à un TMO simulé :
    • À 3 mois :
      • -4,7, contre -1,3.
      • Différence moyenne : -3,4 (P = 0,01).
    • À 12 mois :
      • -5,6, contre -1,3.
      • Différence moyenne : -4,3 (P = 0,01).
  • Différence moyenne concernant la réduction moyenne de la douleur :
    • À 3 mois : -1,0 (P = 0,66).
    • À 12 mois : -2,0 (P = 0,47).
  • Les groupes étaient similaires concernant :
    • la qualité de vie (QdV) liée à la santé ;
    • le nombre et la durée des congés maladie ;
    • le nombre d’épisodes de DPID ;
    • la consommation d’analgésiques et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Événements indésirables graves autodéclarés :
    • 4 avec le TMO standard, contre 8 avec le TMO simulé.
    • Aucun d’entre eux n’a été considéré comme étant lié au TMO.

Méthodologie

  • Un essai contrôlé randomisé en France a été mené auprès de 400 patients souffrant d’une DPID chronique ou sous-aiguë non spécifique (durée moyenne de l’épisode actuel : 7,5 mois).
  • Randomisation : TMO standard ou TMO simulé.
  • Chaque patient a fait l’objet de six séances (une toutes les deux semaines) dispensées par des praticiens ostéopathes qui n’étaient ni médecins ni physiothérapeutes.
  • Critère d’évaluation principal : la réduction des limitations des activités spécifiques à la DPID.
  • Financement : ministère de la Santé français.

Limites

  • Hétérogénéité des traitements de manipulation.
  • Étude monocentrique.
  • Données manquantes sur les résultats.
  • Les événements indésirables ont été évalués à l’aide d’une question ouverte.