Dietecom : Le microbiote est mis en examen pour son influence dans l'obésité

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Tout comme il existe des groupes sanguins, il existerait aussi des « Entérotypes ». Malgré les variabilités individuelles, 3 Entérotypes ont été mis en évidence, caractérisés par la prédominance, dans le microbiote intestinal, de certains genres bactériens. L'Entérotype 1 se particularise par la prédominance de Bacteroïdes, l'Entérotype 2 par celle de Prevotella, et l'Entérotype 3, par celle de Ruminococcus. Cette flore est stable au cours de l'alimentation habituelle et l'Entérotype pourrait être en relation avec les habitudes alimentaires.

Mais cela ne fait que schématiser une réalité beaucoup plus complexe, puisque le tube digestif abrite en réalité plus de 1 014 micro-organismes, appartenant pour 90 % d'entre eux à 2 branches, les Bacteroïdetes et les Firmicutes. Des travaux de plus en plus nombreux suggèrent que ce microbiote, qui permet la digestion des fibres alimentaires, pourrait aussi jouer un rôle dans l'obésité.

Il est ainsi apparu que des souris dépourvues de microbiote ont une adiposité inférieure à celle de souris ayant un microbiote, tout en mangeant plus que ces dernières. Le transfert du microbiote vers les souris qui en sont dépourvues augmente la masse graisseuse de ces dernières.

D'autres études ont montré des différences de la composition du microbiote chez les obèses, avec u...