Diabète gestationnel : gare au cancer du pancréas !


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Une étude française, présentée au congrès national Emois en mars 2019 à Nancy, suggère une forte augmentation du risque de cancer du pancréas dans les huit années qui suivent un diabète gestationnel. Ces résultats sont d’autant plus intéressants que ces relations sont rarement étudiées dans la littérature qui se focalise surtout sur les risques de complications maternelles à l’accouchement et les complications néonatales liées au diabète gestationnel. Ces résultats devraient inciter les praticiens à personnaliser le suivi des femmes ayant de tels antécédents, car une prise en charge précoce du cancer pancréatique est un facteur déterminant pour le pronostic individuel. 

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Si la relation entre diabète et risque de cancer du pancréas est bien étudiée, celle pouvant exister entre le diabète gestationnel et ce type cancer n’a été évaluée que par deux études israéliennes dont la qualité méthodologique ne permet pas de conclure avec certitude. D’où l’intérêt de cette étude.

Méthodologie

Cette étude française menée en population est basée sur les données du Programme de médication des système d’information (PMSI). Toutes les femmes ayant accouché en France entre 2007 et 2009 ont été considérées, à l’exception de celles ayant des antécédents d’hospitalisation avec notification d’un cancer du pancréas et celles qui avaient un diabète au moment de la grossesse. 

Principaux résultats

Sur l’ensemble de la population évaluée, 4,79% (104.663 femmes) ont eu un diabète gestationnel. Les analyses ont montré une augmentation significative du cancer du pancréas au cours des huit années de suivi, chez les femmes ayant eu un diabète gestationnel. Le odds ratio ajusté était de 2,00 [1,30-3,06] par rapport à celles qui n’avaient pas eu de diabète gestationnel et le hazard ratio était de 1,75 [1,06-2,86].

Ces résultats sont d’autant plus intéressants qu’ils portent sur une large population française.