Diabète et vaccination antigrippale : 6 comportements différents dont il faudrait tenir compte…

  • Bocquier A & al.
  • BMC Public Health
  • 9 juil. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

  • En France, il y aurait environ autant de sujets diabétiques qui se font régulièrement vacciner contre la grippe (28%) que de sujets diabétiques qui n’y ont jamais recours (30%).
  • Par ailleurs, 28% des sujets diabétiques ont diminué leur recours à la vaccination antigrippale entre 2005/06 et 2015/16, dont 10% de manière brutale après la pandémie H1N1.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Bien que la vaccination antigrippale soit recommandée pour les sujets diabétiques en France, la couverture vaccinale reste faible. Mieux comprendre les comportements permettra de mettre en place des leviers de motivation pour favoriser la couverture vaccinale.

Méthodologie

Une cohorte de sujets diabétiques représentatifs des bénéficiaires de l’assurance maladie a été identifiée en 2006. Ces individus ont été suivis durant 10 saisons de grippe (entre 2005/06 et 2015/16) en utilisant le remboursement de la vaccination antigrippale. Des trajectoires simulant leur évolution dans le temps ont été construites à partir de différentes données sociodémographiques, cliniques, incluant également les caractéristiques liées au recours aux soins. 

Principaux résultats

Sur les 17.259 sujets inclus dans la cohorte en 2006, 46% étaient des femmes, et l’âge moyen était de 65 ans. Environ 10% avaient un diabète de type 1 et 31% des sujets de la cohorte initiale sont décédés au cours du suivi.

Au total 6 trajectoires types ont été identifiées : 

  1. Une trajectoire avec des personnes diabétiques ayant régulièrement recours à la vaccination contre la grippe (28% de la cohorte, couverture vaccinale entre 92% et 97% au cours du suivi).
  2. Une trajectoire d’individus ayant de moins en moins recours à la vaccination dans le temps (18% de la cohorte, couverture vaccinale saisonnière dépassant les 95% à l’inclusion et diminuant jusqu’à 59% en 2015/16.
  3. Une trajectoire avec une rupture de couverture vaccinale après la pandémie H1N1 (10% de la cohorte, couverture vaccinale entre 63 et 73% jusqu’en 2009-10 et diminution de 33 points de pourcentage en 2010/11.
  4. Une trajectoires d’individus augmentant rapidement leur recours à la vaccination antigrippale (9%, passant ainsi d’une très faible couverture à environ 90% de couverture en 2011/12).
  5. Une trajectoire de patient ayant recours tardivement au cours de la période évaluée à la vaccination antigrippale (5%).
  6. Et enfin, un groupe d’individus ne se faisant jamais vacciner (30% de la cohorte).

Ceux qui diminuaient leur recours à la vaccination antigrippale étaient plus susceptibles d’être des individus âgés de plus de 65 ans à l’inclusion, ne recevant pas d’antidiabétiques, ayant de nombreuses comorbidités, ayant des antécédents d’hospitalisation pour cause de grippe durant le suivi ou de consultant fréquemment un médecin généraliste.

Principales limitations

On ne dispose pas des données sur les croyances ou perceptions des individus concernant l’efficacité et la tolérance de la vaccination antigrippale.

Financements

Étude financée par des fonds publics.