Deux traitements expérimentaux contre Ebola émergent en tant que traitements précurseurs


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’un essai portant sur quatre thérapies expérimentales visant à traiter la maladie à virus Ebola (MVE) ont été publiés et montrent que les traitements expérimentaux mAb114 et REGN-EB3 offrent aux patients une probabilité plus importante de survie que le traitement expérimental ZMapp. 

L’essai PALM a inclus 681 personnes atteintes de la MVE entre novembre 2018 et août 2019 en République démocratique du Congo (RDC) qui ont été affectées de manière aléatoire pour recevoir soit une administration par voie intraveineuse de ZMapp, une association de trois anticorps monoclonaux (le groupe témoin), soit le remdésivir, un agent antiviral, soit le MAb114, un anticorps monoclonal unique, soit le REGN-EB3, une association de trois anticorps monoclonaux. 

L’étude a révélé que la mortalité globale était d’environ 50 % chez les patients traités par ZMapp, de 53 % dans le groupe du remdésivir, de 35 % dans le groupe du mAb114 et de 34 % dans le groupe du REGN-EB3. Il en ressort également que les patients ayant reçu le mAb114 ou le REGN-EB3 avaient éliminé le virus de leur sang plus rapidement que les participants ayant reçu le ZMapp. 

L’essai a été interrompu en août sur la base des données préliminaires. Une phase d’extension en ouvert est en cours dans laquelle de nouveaux patients sont randomisés pour recevoir soit le mAb114, soit le REGN-EB3. 

Les résultats ont été publiés dans la revue New England Journal of Medicine