Des violences entravent la riposte à Ebola suite au décès d’un agent de santé


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a suspendu ses activités de riposte à Ebola dans une partie de la République démocratique du Congo (RDC) la semaine dernière à la suite de ce qui a été décrit comme un « grave incident de sécurité ». 

D’après l’organisation, les violences ont éclaté à Lwemba, au sein de la zone de santé de Mandima entre le 14 et le 17 septembre suite au décès d’un agent de santé atteint de la maladie à virus Ebola (MVE). 

L’OMS a déclaré que cette suspension a eu de graves répercussions sur les activités de riposte sur le terrain et que cela « pourrait entraîner des insuffisances ou des retards dans le signalement des nouveaux cas de MVE » dans la zone qui constitue un point chaud de la maladie. « Dans l’ensemble, ces incidents soulignent la nécessité de poursuivre de manière proactive la mobilisation et la sensibilisation des communautés locales dans les zones de transmission de la MVE et dans les zones à haut risque qui ne sont peut-être pas actuellement touchées », a indiqué l’organisation. 

Plusieurs incidents de sécurité mineurs et localisés ont également été rapportés la semaine précédente et ont eu un impact sur la riposte à la maladie et notamment sur les activités de vaccination. 

Ces incidents interviennent alors que, selon les données datant du 17 septembre, 3 145 cas de MVE ont été rapportés en RDC, dont 3 034 cas confirmés et 111 cas probables. En tout, 2 103 personnes sont décédées, dont 159 agents de santé.