Des résultats robustes sur l’intérêt des TCC dans le syndrome de l’intestin irritable réfractaire

  • Everitt HA & al.
  • Lancet Gastroenterol Hepatol
  • 3 sept. 2019

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Après un suivi de 24 mois, une amélioration nette et soutenue des symptômes liés au syndrome de l’intestin irritable (SII) a été mise en évidence chez des patients ayant bénéficié d’une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) par rapport à un traitement standard. Les séances de TCC délivrées par un thérapeute par téléphone seraient préférables à un programme allégé par internet. Ces données renforcent les recommandations NICE qui mentionnent un potentiel bénéfice de cette prise en charge chez ces patients réfractaires à un traitement standard.

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Le syndrome des intestins irritables touche un grand nombre de personnes qui peinent bien souvent à être suffisamment soulagées. Même si les thérapies cognitives et comportementales sont recommandées chez les sujets présentant des formes résistantes, les preuves de leurs bénéfices sur le long terme manquent encore. 

Méthodologie

ACTIB (Assessing Cognitive behavioural Therapy for IBS) est une étude randomisée, contrôlée ayant évalué 2 formes de TCC chez des sujets présentant un SII réfractaire aux traitements usuels. Les résultats à 12 mois ont montré l’efficacité de ces techniques par rapport à un traitement usuel sur la réduction de la sévérité des symptômes. Ici, ce sont les résultats à 24 mois qui sont présentés. La résistance au traitement était définie comme la présence de symptômes cliniquement significatifs depuis 12 mois ou plus malgré un traitement de première intention. Les patients ont été recrutés par l’intermédiaire de 74 médecins généralistes et de 3 gastro-entérologues exerçant à Londres et dans le sud de l’Angleterre. Les patients inclus dans le groupe ‘TCC par téléphone’ ont reçu un manuel d’exercices à réaliser à domicile, et ont bénéficié six séances téléphoniques d’une heure avec un thérapeute en semaine 1, 2, 3, 5, 7 et 9, ainsi que deux séances de rappel d’une heure à 4 et 8 mois (total : 8 heures de support thérapeutique). Les participants du groupe ‘TCC par internet’ ont reçu 3 séances d’une demi-heure avec support téléphonique à la semaine 1, 3 et 5 et deux sessions de rappel à 4 mois et 8 mois (total : 2,5h de support thérapeutique).

Principaux résultats

Au total, 558 adultes souffrant de SII résistant au traitement usuel ont été randomisés entre les groupes TCC par téléphone, TCC par internet et traitement usuel. 

Parmi les patients inclus dans l’étude, 58% ont atteint les 24 mois de suivi (64% de ceux du groupe TCC par téléphone, 54% de ceux du groupe TCC par internet et 56% de ceux du groupe traitement usuel). 

  • À 24 mois, le score moyen de sévérité des symptômes du syndrome des intestins irritables (SSS-SII) était significativement plus faible de 40,5 points (p=0,002) dans le groupe TCC par téléphone et de 12,9 points (non significatif) dans le groupe TCC par internet par rapport au groupe traitement standard. À 12 mois, la différence sur ce même critère était significative vis-à-vis du groupe traitement usuel dans les deux groupes de TCC.
  • Ainsi, 71%, 63% et 46% des patients des groupes TCC par téléphone, TCC par internet et du groupe standard ont répondu au traitement, c’est-à-dire qu’ils ont eu une diminution des symptômes liés au SII de 50 points et plus à 24 mois.
  • Aucun événement indésirable notifié entre 12 et 24 mois n’a été lié au traitement.