Des repères scientifiques pour l’alimentation de 4 populations spécifiques


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS), l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) publie des avis d’expertise qui servent de repères scientifiques pour construire les recommandations nutritionnelles. Celles-ci sont élaborées par le HCSP (Haut Conseil de la santé publique) et Santé publique France, qui les traduisent en messages sanitaires. Les dernières recommandations datent de 2017. Elles sont à destination de la population adulte générale. L’Anses vient de publier 4 avis d’expertise à destination de 4 populations spécifiques : les nourrissons, les enfants et adolescents, les femmes enceintes et allaitantes, les personnes âgées.

Nourrissons : diversification alimentaire ni trop tôt ni trop tard

Pour les enfants de 0 à 3 ans, l’Anses préconise de débuter la diversification alimentaire après le 4ème mois révolu et avant le 6ème mois. Entre 5 et 18 mois, période la plus favorable à l’acceptation de nouveaux aliments, l’enfant se verra proposer le plus possible d’aliments variés. Il ne faut pas hésiter à présenter de nouveau un aliment initialement refusé. L’Anses insiste aussi sur l’importance à donner au moment du repas. Enfin, elle met en garde contre les teneurs excessives en sucre de nombreux produits ciblant les jeunes enfants.

Enfants de 4 à 17 ans : attention au sucre !

La consommation excessive de sucre chez les enfants et les adolescents est la principale préoccupation de l’Anses pour cette tranche d’âge. L’agence appelle les pouvoirs publics à prendre des mesures visant à la limiter, en particulier en ce qui concerne les boissons sucrées et les pâtisseries, biscuits et gâteaux. Fréquemment proposés pour le goûter, leur intérêt nutritionnel est faible. Il vaut mieux les remplacer par des produits laitiers sans sucre ou d’une manière générale, par des aliments riches en calcium, et par des fruits frais et des fruits à coque. L’Anses préconise des préparations sucrées faites « maison » plutôt que des produits industriels.

Femmes enceintes et allaitantes : lait, fruits, légumes, poisson

La consommation de produits laitiers, de fruits et légumes et de poissons permet de couvrir les besoins en certains nutriments indispensables aux femmes à ces périodes de leur vie : fer, iode, acide folique, et pour les femmes allaitantes, vitamines A et C. Cette consommation est également préconisée pour les femmes ayant un projet de grossesse.

Personnes âgées : de l’activité physique avant tout !

Chez les personnes âgées, l’activité physique a un double intérêt : prévenir un certain nombre de maladies chroniques, maintenir les quantités d’aliments habituellement consommées pour couvrir les besoins nutritionnels alors que sans exercice, ils diminuent avec l’âge. Si une activité physique n’est pas possible, l’Anses recommande de diminuer les portions des aliments, sauf pour les fruits, légumes, poissons, mollusques, crustacés et féculents complets.

Enfin, l’Anses rappelle que ces préconisations sont des ajustements au régime alimentaire recommandé aux adultes en population générale et valable pour ces populations spécifiques dès l’âge de 4 ans.