Des recommandations concernant le lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires sont publiées

  • Jones JL & al.
  • Histopathology
  • 5 juin 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Comité national de coordination de la pathologie mammaire (National Coordinating Committee for Breast Pathology) du Royaume-Uni a publié de nouvelles recommandations fondées sur des données probantes pour le diagnostic pathologique et la prise en charge du lymphome anaplasique à grandes cellules associé aux implants mammaires (LAGC-AIM).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le LAGC-AIM est une complication rare, mais engageant potentiellement le pronostic vital, des implants mammaires.
  • Le système de stadification actuel, le système de stadification d’Ann Arbor, a une valeur pronostique limitée, c’est pourquoi un nouveau est suggéré.

Protocole de l’étude

  • Une revue systématique de la littérature a été réalisée.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Points clés

  • Épidémiologie : 518 cas recensés dans 25 pays depuis 1997 ont été inclus dans le registre PROFILE de la Société américaine des chirurgiens plasticiens (American Society of Plastic Surgeons), avec un risque estimé à 1–3/million/an.
  • Présentation : apparition tardive (8–10 ans après la pose de l’implant) d’une accumulation de liquide sérique, mais prenant parfois la forme d’une masse.
  • Pathologie :
    • Les cellules néoplasiques sont très atypiques, exprimant fortement CD30, avec 43–90 % de cellules également positives pour l’antigène épithélial membranaire (epithelial membrane antigen, EMA) et 100 % de cellules négatives pour la kinase du lymphome anaplasique (Anaplastic Lymphoma Kinase, ALK) et pour CD68.
    • La seule présence de CD30 est insuffisante pour poser le diagnostic.
    • Les recommandations contiennent un nouvel algorithme de définition de la pathologie.
  • Chirurgie : retrait de l’implant, capsulectomie totale et excision de toute masse.
  • Le nouveau système de stadification, adapté des stades TNM du Comité mixte américain sur le cancer (American Joint Committee on Cancer), a une plus grande valeur pronostique que le système de stadification d’Ann Arbor.
  • Prise en charge : 
    • La radiothérapie doit être envisagée dans le cas d’une excision incomplète.
    • Pour une maladie de stade II ou supérieur, administrer une chimiothérapie à base d’anthracyclines, avec un taux de réponse globale de 86 %.