Des préoccupations ont été exprimées au sujet de l’émergence « sans précédent » de plusieurs souches de poliovirus


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

De vives préoccupations ont été exprimées au sujet des hausses significatives du nombre de cas de poliovirus sauvage de type 1 (wild poliovirus 1, WPV1) et de l’émergence « sans précédent » de plusieurs souches de poliovirus circulants dérivés d’une souche vaccinale (circulating vaccine-derived poliovirus, cVDPV) dans plusieurs pays. 

Le mois dernier, le directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé a convoqué la 23e réunion du Comité d’urgence au titre du Règlement sanitaire international (2005) (RSI) concernant la propagation internationale du poliovirus afin de discuter des dernières données sur le WPV1 et les cVDPV. 

Le Comité a déclaré être toujours gravement préoccupé par l’augmentation significative du nombre de cas de WPV1 dans le monde, avec 113 cas comptabilisés au 11 décembre 2019, contre 28 cas pour la même période en 2018. Le Comité d’urgence a averti que le risque d’une hausse importante du nombre de cas s’accroît en Afghanistan, tandis que la transmission de la maladie est répandue au Pakistan. 

Sept nouveaux pays ont signalé des flambées de cVDPV depuis la dernière réunion du Comité d’urgence. Ce dernier a indiqué que le cVDPV2 s’est répandu en Afrique de l’Ouest et dans la région du lac Tchad, atteignant la Côte d’Ivoire, le Togo et le Tchad, et a déclaré que la « rapide émergence de multiples souches de cVDPV2 dans plusieurs pays est sans précédent, très préoccupante et encore mal élucidée ».

Le Comité a convenu de façon unanime que le risque de propagation internationale du poliovirus reste une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) et a recommandé d’étendre les recommandations temporaires afin de réduire ce risque.