Des performances cognitives altérées dès les stades précliniques de la perte d’audition

  • Golub JS & al.
  • JAMA Otolaryngol Head Neck Surg
  • 14 nov. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Dans une étude compilant les données de 6.451 personnes appartenant aux cohortes NHANES et HCHS, la diminution de l’audition était associée à une diminution des capacités cognitives et ce, que les sujets concernés soient considérés comme présentant une audition normale ou aient été diagnostiqués comme présentant une perte d’audition. Cette relation était d’ailleurs plus forte pour ceux qui présentaient des performances auditives subnormales que pour ceux pour lesquels le diagnostic avait été posé (perte tonale moyenne >25 dB), même après analyse multivariée ajustée sur de nombreux paramètres de confusion potentiels.

Le seuil d’audition considéré comme normal l’est-il vraiment ?

L’association entre audition et cognition est clairement établie dans la littérature , sans que les mécanismes physiopathologiques ou la causalité ne soient pour l’heure compris. En revanche, les études ayant évalué la cognition selon le seuil d’audition de personnes considérées sans troubles avérés (soit une baisse inférieure à 25 dB) sont rares. Cette étude est la première à montrer une association entre les deux paramètres en dessous du seuil diagnostique. Ce résultat surprenant devra être confi rmé par d’autres études. L’éditorial accompagnant l’article met en garde contre des conclusions hâtives en rappelant que les tests utilisés ici étaient uniquement fondés sur une audiométrie tonale (écoute de sons purs) et non sur un test auditif vocal (compréhension du langage).

Principaux résultats

Les données des cohortes épidémiologiques HCHS ( Hispanic Community Health Study ) et NHANES ( National Health and Nutrition Examination Study ) ont été utilisées et les patients de plus de 50 ans ayant bénéficié d’une audiométrie ont été inclus dans l’analyse, soit 6.451 personnes (âge moyen 59,4 ans, dont 59,5% de femmes).

La régression linéaire multivariée a montré qu’une diminution de 2,28 points du score cognitif (test DSST) pour chaque diminution de 10 dB de la capacité auditive chez les individus considérés comme sous le seuil diagnostique de la perte d’audition, alors que ce chiffre était de 0,97 point au-dessus de ce même seuil.