Des orientations abordent la prise en charge de la glycémie dans le cadre de la réadaptation cardiaque

  • Buckley JP & al.
  • Br J Sports Med
  • 23 déc. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une prise de position d’experts fournit neuf recommandations pour la prise en charge des taux de glucose sanguin avant, pendant et après l’activité physique chez des patients diabétiques faisant l’objet d’une réadaptation cardiaque (RC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Environ 25 % des participants faisant l’objet d’une RC sont diabétiques.

Principaux aspects des recommandations

  • Catégorisez les participants selon leur risque de dysglycémie pour déterminer les niveaux d’observation : participants atteints d’un diabète de type 1 (DT1) ; participants atteints d’un diabète de type 2 sous insuline/sécrétagogues de l’insuline.
  • Les contre-indications à l’activité physique comprennent une glycémie instable récente, une hypoglycémie/hyperglycémie persistante ou des concentrations de cétones supérieures à 1,5 mmol/l.
  • Les services de RC doivent posséder des appareils de monitorage du glucose et des cétones et employer du personnel formé à leur utilisation.
  • Il pourrait être nécessaire d’accorder une attention/assistance/orientation plus individualisée pour les patients traités par insuline.
  • Avant l’activité physique, l’insuline prandiale doit être administrée dans l’abdomen ou dans la partie supérieure des fesses et la dose doit être réduite de 25 à 50 %. Un monitorage continu du glucose pourrait être bénéfique pour certains patients atteints d’un DT1.
  • Prenez en compte que le risque d’hypoglycémie s’accroît avec l’âge et que l’activité physique pourrait ne pas améliorer de façon substantielle le contrôle de la glycémie dans le cadre du DT1.
  • Plusieurs stratégies spécifiques pour prévenir l’hyperglycémie/hypoglycémie en fonction des niveaux glycémiques initiaux sont fournies.
  • Les interactions entre l’activité physique et les médicaments cardiovasculaires et de contrôle de la glycémie non insuliniques sont répertoriées et des orientations sont fournies.
  • L’activité physique pratiquée le matin est conseillée pour les personnes à risque d’hypoglycémie post-activité physique, tandis que l’activité physique pratiquée l’après-midi ou le soir pourrait être préférable pour les personnes plus sujettes à l’hyperglycémie.