Des organisations européennes militent fortement en faveur d’une vaccination indépendante du sexe contre le VPH

  • Joura EA & al.
  • Eur J Cancer
  • 1 juin 2019

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La Société européenne d’oncologie gynécologique (European Society of Gynaecologic Oncology, ESGO) et la Fédération européenne de colposcopie (European Federation for Colposcopy, EFC) soutiennent des programmes de vaccination contre le virus du papillome humain (VPH) indépendamment du sexe, pour les enfants et les jeunes adolescents, ainsi qu’un programme de rattrapage pour les jeunes adultes.

Points clés

  • L’efficacité clinique a été démontrée contre le précancer du col de l’utérus, vulvovaginal et anal et le cancer du col de l’utérus invasif liés au VPH.
  • Les programmes de vaccination doivent concerner les deux sexes, afin d’améliorer la couverture vaccinale, de cibler les individus des tranches d’âge prépubères qui obtiennent une réponse immunologique optimale et de diminuer la probabilité d’une positivité au VPH au moment de la vaccination.
  • Un programme de rattrapage pour les jeunes adultes améliore l’efficacité.
  • Les vaccins sont également efficaces chez les individus sexuellement actifs qui ont déjà été infectés, mais dont l’infection a disparu. La vaccination, en plus du traitement conservateur local des maladies liées au VPH, réduit les maladies récurrentes ou ultérieures liées au VPH.
  • Les programmes en milieu scolaire ou dans d’autres structures de santé publique bien organisées sont plus efficaces et assurent l’équité, par rapport à une vaccination opportuniste.
  • Chez les individus âgés de plus de 15 ans, 3 doses sont recommandées (2 doses sont recommandées chez ceux âgés de moins de 15 ans) ; 1 dose unique n’est pas recommandée.
  • Le dépistage du VPH et la vaccination contre le VPH sont des stratégies préventives complémentaires, mais souvent mises en œuvre dans le cadre de programmes distincts et non coordonnés ; l’association de la vaccination et du dépistage du VPH semble être l’approche préventive la plus efficace.