Des mesures pour améliorer l’accès à l’IVG


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’enquête demandée aux ARS (Agences régionales de santé) par la Ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, a montré que le délai moyen entre le premier contact établi avec un professionnel de santé (en ville ou à l’hôpital) et la réalisation d’une IVG (interruption volontaire de grossesse) était en moyenne de 7 jours. L’enquête montre que les professionnels libéraux s’impliquent de plus en plus, ce qui accroît l’accès à l’IVG en proximité. Même s’il n’existe pas de « zone blanche », les délais réels sont cependant variés selon les territoires. La majorité des régions comportent certaines zones « en tension » soit du fait de la démographie des professionnels de santé, soit durant les périodes estivales. 

La ministre a annoncé plusieurs mesures concrètes pour améliorer cet accès :

  • L’inscription de l’IVG comme action prioritaire de la formation continue des médecins et des sages-femmes ;

  • La mise en place d’un annuaire exhaustif de l’offre d’IVG dans chaque région, actualisé pour prendre en compte la saisonnalité ;

  • La mise en œuvre de plans d’actions ciblées par les ARS pour les territoires en tension ;

  • La possibilité pour les centres de santé de réaliser des IVG instrumentales dès le premier trimestre 2020 ;

  • L’inscription de l’accès de l’IVG parmi les critères d’évaluation des hôpitaux dans les contrats d’objectifs les liant aux ARS.