Des mélanomes primitifs multiples sont associés à une survie plus défavorable

  • El Sharouni MA & al.
  • JAMA Dermatol
  • 26 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des tumeurs primitives multiples sont associées à une réduction de la survie, comparativement à une tumeur primitive unique, chez les patients atteints d’un mélanome cutané.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des résultats contradictoires ont été rapportés concernant la survie des patients présentant un mélanome primitif unique, comparativement à ceux présentant des mélanomes primitifs multiples.

Principaux résultats

  • Les patients présentant des mélanomes primitifs multiples ont obtenu une réduction de la SG, comparativement aux patients présentant un mélanome primitif unique (rapport de risque [RR] : 1,31 ; P 
  • L’épaisseur de Breslow médiane était significativement plus faible pour le deuxième mélanome que pour le premier mélanome (0,65 mm contre 0,90 mm ; P 
  • Aucune différence significative n’a été observée entre le deuxième mélanome et les mélanomes ultérieurs.
  • 36,8 % des deuxièmes mélanomes primitifs ont été détectés au cours de la première année de suivi, tandis que 27,3 % ont été détectés après 5 ans de suivi.
  • 16,2 % des deuxièmes mélanomes étaient d’un stade T plus élevé, 48,7 % étaient du même stade T, et 35,1 % étaient d’un stade T plus faible (P 

    Protocole de l’étude

    • 56 929 patients atteints d’un mélanome cutané invasif, issus du Réseau et du Registre d’histopathologie et de cytopathologie nationaux néerlandais, ont été inclus, et les données de suivi ont été extraites du Registre des cancers des Pays-Bas.
    • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

    Limites

    • Analyse rétrospective d’une grande base de données.
    • Les cas de mélanome in situ n’ont pas été inclus.