Des médecins aux États-Unis appellent à agir contre la violence armée


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Sept organisations de médecins et de santé publique aux États-Unis (É.-U.) ont lancé ensemble un appel à agir sur les blessures et les décès liés aux armes à feu. 

Cet appel fait suite à 2 tueries de masse en Ohio et au Texas, qui se sont produites ce mois-ci et qui ont conduit aux décès d’au moins 31 personnes. Les chiffres les plus récents montrent que le nombre de décès liés aux armes à feu s’élève à 39 773 aux É.-U. pour l’année 2017. 

Dans une déclaration, les représentants du Collège américain des médecins (American College of Physicians), de l’Académie américaine des médecins de famille (American Academy of Family Physicians), de l’Académie américaine de pédiatrie (American Academy of Pediatrics), du Collège américain des chirurgiens (American College of Surgeons), de l’Association médicale américaine (American Medical Association), de l’Association américaine de psychiatrie (American Psychiatric Association) et de l’Association américaine de la santé publique (American Public Health Association) ont appelé à la mise en œuvre d’une « approche de santé publique à volets multiples », pour la prévention des blessures et des décès liés aux armes à feu qui soit similaire aux approches ayant réduit les « méfaits de la consommation de tabac, des accidents de véhicule motorisé et des intoxications involontaires ». 

Ils ont mis en évidence un certain nombre de recommandations spécifiques en matière de politiques afin de contribuer à réduire les blessures et les décès liés aux armes à feu, notamment le fait pour les médecins de conseiller leurs patients sur la réduction des risques associés aux armes à feu et la conduite de nouvelles recherches sur le sujet. 

Les représentants, qui ont écrit dans la revue Annals of Internal Medicine, ont déclaré reconnaître la présence d’« importantes différences politiques et philosophiques » sur la détention d’armes à feu et la réglementation aux É.-U., et sont engagés à « surmonter ces différences afin d’améliorer la santé et la sécurité de nos patients, de leur famille et des communautés ».