Des lésions cérébrales associées à l’incontinence fécale chez les patients atteints de sclérose en plaques

  • Fröhlich K & al.
  • J Neuroimaging
  • 11 déc. 2018

  • Par Agnès Lara
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Chez les patients souffrant de sclérose en plaques, la comparaison des volumes cérébraux lésés chez des sujets ayant déclaré une incontinence fécale par rapport à ceux de sujets témoins a permis de mettre en évidence une association entre incontinence fécale et présence de lésions dans le gyrus supramarginal du lobe pariétal gauche, ainsi que dans le gyrus parahippocampique et l’amygdale du lobe temporal droit. Cette étude confirme une intervention différentielle des hémisphères cérébraux et une latéralisation des lésions cérébrales impliquées dans la défécation. Les auteurs font l’hypothèse que les lésions situées dans le gyrus supramarginal gauche seraient impliquées dans l’intégration des perceptions sensorielles viscérales et anorectales et qu’elles pourraient diminuer la réponse au remplissage rectal, contribuant ainsi à l’incontinence. Le deuxième groupe de lésions pourrait, quant à lui, affecter la modulation de l’excitation des voies autonomes efférentes en réponse aux signaux sensoriels rectaux et contribuer à un relâchement du sphincter anal interne.

Pourquoi cette étude a-t-elle été réalisée ?

Les troubles de la défécation (essentiellement constipation et incontinence fécale) affectent plus de la moitié des sujets atteints de sclérose en plaques. Les lésions de la moelle épinière liées à la pathologie sont suspectées d’être la principale cause d’incontinence fécale. Mais peut d’études d’imagerie ont exploré le lien entre lésions cérébrales et incontinence. Grâce à une approche par imagerie volumique, des chercheurs allemands ont donc recherché la présence de lésions particulières aux patients SEP souffrant d’incontinence fécale.

Conception de l’étude

Cette étude rétrospective menée chez des sujets atteints de sclérose en plaques (toutes formes confondues) a comparé les éléments de volumes cérébraux lésés obtenus à partir d’images IRM en T2/FLAIR, de patients atteints de sclérose en plaques et ayant déclaré une incontinence fécale, à des sujets contrôles appariés sans incontinence. Une analyse des éléments de volume a été réalisée après soustraction des volumes lésés communs aux patients incontinents et contrôles.

Résultats

  • L’analyse a été réalisée à partir de 51 patients atteints de sclérose en plaques et d’incontinence fécale et de 51 sujets témoins.
  • La présence d’une incontinence fécale a pu être corrélée à l’existence de lésions dans le gyrus supramarginal du cortex somatosensoriel associatif gauche, ainsi que dans le gyrus parahippocampique et l’amygdale du lobe temporal droit.

Limitations

Absence de protocole d’IRM standardisé (1,5 ou 3T).

La sensibilité des séquences d’IRM en T2/FLAIR peut ne pas avoir été suffisante pour détecter certaines lésions corticales ou juxtacorticales de petite taille.

L’approche comparative des volumes cérébraux lésés ne pouvait permettre de repérer que des lésions communes à un nombre suffisant de patients et a pu sous-évaluer l’importance d’autres régions impliquées dans les processus sensoriels et moteurs autonomes. Par ailleurs, cette approche n’est pas validée pour l’analyse des lésions spinales.