Des interventions brèves pourraient contribuer à réduire la consommation d’alcool en Europe, selon un rapport


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les Européens continuent de consommer davantage d’alcool que les populations d’autres régions du monde, un nouveau rapport ayant montré que 290 000 personnes décèdent chaque année en Europe de causes attribuables à l’alcool. 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a publié un Rapport de situation sur la consommation d’alcool, les méfaits et l’action politique dans 30 pays européens 2019, lequel s’appuie sur des données recueillies entre 2010 et 2016. Le document montre que les taux de consommation d’alcool nocive en Europe n’ont pas baissé comme attendu, même si tous les pays ont signé le Plan d’action européen visant à réduire l’usage nocif de l’alcool 2012–2020. 

Selon le rapport, en moyenne, les adultes des pays de l’Union européenne (UE), ainsi que de la Norvège et de la Suisse (UE+), consomment l’équivalent de plus de deux bouteilles de vin par semaine. Cependant, après l’exclusion des personnes n’ayant jamais bu et des anciens buveurs, les données montrent que les adultes boivent plus de trois bouteilles de vin par semaine. 

Le rapport souligne par ailleurs que la consommation excessive d’alcool de manière épisodique constitue également un problème dans la région. Près d’un tiers des personnes ont signalé avoir consommé plus de 60 g d’alcool pur lors d’une seule occasion au cours des 30 derniers jours. 

Le rapport suggère de mettre en œuvre, dans le cadre des soins en médecine générale, un dépistage et des interventions brèves pour lutter contre la consommation nocive et dangereuse d’alcool.