Des hôpitaux signalent des cyberattaques de grande ampleur survenues la semaine dernière


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les autorités de santé des États-Unis (É.-U.) et de l’Australie ont chacune rapporté cette semaine des cyberattaques d’envergure. 

Trois hôpitaux aux États-Unis ont été contraints de refuser de nouveaux patients lors de la journée de mardi, à la suite d’une attaque par un rançongiciel. Les directions du Centre médical régional DCH (DCH Regional Medical Center), du Centre médical de Northport (Northport Medical Center) et du Centre médical Fayette (Fayette Medical Center) ont fermé leurs portes mardi à tous les patients, à l’exception de ceux dont l’état était le plus critique, suite à des attaques de pirates informatiques ayant restreint leur capacité à utiliser leurs systèmes informatiques. 

Le système de santé DCH (DCH Health System) a déclaré que la décision de fermer l’hôpital a été prise dans l’intérêt supérieur de la sécurité des patients. Même si certaines des procédures ont repris mercredi, le centre a précisé qu’il continuait à réaffecter les nouvelles admissions de patients, hormis ceux en état critique, vers d’autres établissements pendant la restauration de ses systèmes. 

Dans le même temps, les autorités australiennes ont déclaré que les systèmes informatiques de plusieurs hôpitaux et services de santé du Gippsland et du sud-ouest de l’État du Victoria avaient été affectés par un incident de cybersécurité ayant entraîné la fermeture de certains systèmes de dossiers, de réservation et de gestion des patients. 

Ces récents incidents font suite à une série d’attaques ayant ciblé des établissements de soins santé au cours de ces dernières années, notamment l’attaque mondiale WannaCry en 2017. Une étude publiée cette semaine a estimé le coût des attaques ayant ciblé le système national de santé (National Health System, NHS) en Angleterre, à 6 millions de livres sterling.