Des gènes de résistance aux antibiotiques (GRA) retrouvés dans l'un des endroits les plus reculés du monde

  • McCann CM, et coll.
  • Environment International
  • 25 janv. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des gènes de résistance aux antibiotiques (GRA), d'abord été détectés dans les zones urbaines de l'Inde, ont été retrouvés à 13 000 kilomètres de là, dans le lointain Haut-Arctique, selon une nouvelle étude publiée dans la revue Environment International.

Une équipe internationale (États-Unis, Royaume-Uni et Chine) d'experts a analysé l'ADN extrait de 40 carottes de sol provenant de huit zones réparties le long de la région du Kongsfjorden, dans l'archipel du Svalbard en Haut-Arctique, et a ainsi détecté 131 GRA au total. Les GRA détectés étaient associés à neuf classes d'antibiotiques majeures, dont les aminosides, les macrolides et les β-lactames.

Le GRA blaNDM-1, initialement détecté en milieu clinique, en Inde, en 2008, a été retrouvé dans plus de 60 % des carottes de sol étudiées.

L'équipe de recherche, dirigée par David Graham, professeur à l'université de Newcastle, a déclaré que blaNDM-1 et d'autres GRA importants sur le plan médical retrouvés dans les sols de l'Arctique étaient probablement propagés par l'intermédiaire des matières fécales des oiseaux migrateurs, d'autres animaux sauvages et des hommes visitant la région.

 « Les conséquences à tirer de cette découverte concernant la propagation mondiale de la RA [résistance aux antibiotiques] sont énormes », a déclaré le professeur Graham. « Un GRA important sur le plan clinique provenant d'Asie du Sud n'est bien sûr pas “local” en Arctique. »

« Les régions polaires font partie des derniers écosystèmes de la Terre supposés encore intacts, et servent de plateforme pour caractériser la résistance préexistante avant l'ère de l'avènement des antibiotiques, afin de servir de comparaison et de comprendre la vitesse de progression de la “pollution” de RA », a-t-il ajouté.