Des experts font appel à un financement et à une reconnaissance accrus de la néphrologie


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des experts en néphrologie ont souligné la nécessité d’un meilleur financement de cette spécialité et d’efforts accrus pour sensibiliser le grand public aux maladies rénales. 

Cet appel fait suite à la publication d’une récente étude dans la revue JAMA Open Network, qui a révélé que les néphrologues traitent certains des patients les plus complexes. L’étude a comparé la complexité des patients reçus par les différents types de médecins dans un système de soins de santé universel utilisant neuf modèles de complexité des patients. Il en ressort que les patients reçus par les néphrologues étaient plus complexes que les patients reçus par un certain nombre de médecins d’autres spécialités et qu’ils présentaient le nombre moyen le plus élevé de comorbidités, le nombre moyen le plus élevé de médicaments prescrits, le taux le plus élevé de décès et le taux le plus élevé de placement en établissement de soins de longue durée. 

« L’étude a montré que les patients atteints d’une maladie rénale sont les plus complexes et les plus vulnérables, mais, dans de nombreux systèmes de santé en Europe, la néphrologie est négligée par rapport à d’autres disciplines médicales. Cela ne concerne pas uniquement les financements et les infrastructures, mais également l’image et la réputation de la néphrologie ainsi que la sensibilisation du public aux maladies rénales », a déclaré le professeur Carmine Zoccali, président de l’Association rénale européenne et l’Association européenne de dialyse et de transplantation (European Renal Association - European Dialysis and Transplant Association, ERA-EDTA).

Le professeur Zoccali a également affirmé la nécessité d’efforts visant à accroître la sensibilisation sur la manière de prévenir l’insuffisance rénale chronique.