Des experts affirment que la recherche en santé doit se dissocier du financement du secteur industriel


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Il est temps de mettre un terme aux intrications financières endémiques avec le secteur industriel qui faussent la production et l’utilisation des données probantes relatives aux soins de santé. C’est ce qu’avance aujourd’hui un groupe influent d’experts internationaux dans la revue The BMJ (mercredi 4 décembre 2019).

Le groupe comprend d’éminents chercheurs, régulateurs, défenseurs de la santé des citoyens et médecins, notamment le président élu de l’Organisation mondiale des médecins de famille (World Organization of Family Doctors, WONCA). Les experts présentent des propositions pour modifier profondément les mentalités vers une indépendance financière vis-à-vis du secteur industriel dans le domaine des soins de santé, afin de constituer une base de données probantes plus fiable dans l’optique d’éclairer les décisions en matière de soins de santé.

Parmi les voies proposées figurent notamment l’exigence par les gouvernements que soient conduits des tests indépendants pour les nouveaux traitements et les nouvelles technologies, des politiques visant à s’assurer que seul l’enseignement exempt de tout soutien du secteur industriel soit pris en compte pour l’accréditation professionnelle et une évolution consistant à s’appuyer sur des recommandations cliniques élaborées et rédigées par des groupes sans aucun lien financier avec le secteur industriel.

L’article d’aujourd’hui marque le lancement d’une collection de la revue The BMJ sur les intérêts commerciaux, la transparence et l’indépendance.

« Les patients et le public méritent de disposer de données probantes en lesquelles ils peuvent avoir confiance », a déclaré le Dr Fiona Godlee, rédactrice en chef de la revue The BMJ. « L’influence commerciale n’a pas sa place dans la recherche scientifique, ni dans l’enseignement et l’orientation des cliniciens, pas plus que dans les décisions ayant trait aux diagnostics et aux traitements. Nous espérons que les gens du monde entier vont soutenir notre appel à procéder à des réformes essentielles. »