Des endocrinologues remettent en cause les nouvelles recommandations de traitement pour l’hypothyroïdie infraclinique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La Société d’endocrinologie (Society for Endocrinology, SfE) et l’Association britannique de la thyroïde (British Thyroid Association, BTA) ont remis en cause les directives formulées dans le cadre de nouvelles recommandations de pratique clinique sur la prise en charge de l’hypothyroïdie infraclinique (HIC). 

Les recommandations, publiées le mois dernier dans la revue BMJ, déconseillent l’utilisation d’hormones thyroïdiennes chez la « quasi-totalité » des adultes atteints d’une HIC. Le panel chargé de la rédaction des recommandations a quant à lui noté que les directives pourraient ne pas s’appliquer aux adultes âgés de 30 ans ou moins, ou à ceux présentant des symptômes sévères. 

Toutefois, dans une nouvelle déclaration, la SfE et la BTA expriment leur désaccord avec cette directive, faisant observer qu’elle se base sur une revue de 21 essais portant sur seulement 2 192 participants, dont plus de 700 d’entre eux inclus dans ce qui était initialement un essai cardiovasculaire (TRUST) axé sur des sujets plus âgés. Il est indiqué que les recommandations « n’apportent pas de données probantes suffisantes, en particulier chez les individus plus jeunes », pour étayer leurs affirmations.

« La SfE et la BTA sont préoccupées par le fait que ces directives pourraient influencer les médecins généralistes à congédier les patients atteints d’une hypothyroïdie infraclinique, en particulier ceux qui sont plus jeunes, ce qui pourrait conduire certains d’entre eux à passer à côté d’un traitement vital dans le cas où leur affection progresserait », ont déclaré la SfE et la BTA. 

Les organisations ont indiqué la nécessité de mener des études de plus grande envergure, en utilisant des mesures plus sensibles et en prenant en considération des facteurs tels que l’âge avant de tirer des conclusions aussi fortes sur les bénéfices ou les inconvénients du traitement de l’HIC.