Des dossiers médicaux électroniques sont partagés pour la première fois entre des pays de l’UE


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Pour la première fois, des dossiers médicaux électroniques de patients ont été échangés dans l’Union européenne (UE) à l’aide de l’Infrastructure de services numériques en matière de santé électronique (eHealth Digital Service Infrastructure). 

La Commission européenne a annoncé que les médecins du Luxembourg peuvent désormais recevoir des « résumés de patients » numériques pour les voyageurs en provenance de République tchèque. Ces résumés contiennent des informations cliniques de base, notamment les médicaments pris actuellement, les maladies antérieures et les interventions chirurgicales antérieures. D’ici 2022, il est prévu que plus de 20 pays de l’UE participent à l’initiative. 

Outre les résumés, la Croatie et la Finlande peuvent désormais échanger des ordonnances électroniques depuis la semaine dernière. Les médicaments prescrits en Finlande par voie électronique peuvent être dispensés en Croatie. La Finlande échange des ordonnances électroniques avec l’Estonie depuis le mois de janvier, et plus de 2 000 patients finlandais ont pu recevoir leurs médicaments en Estonie durant cette période. 

Ces services sont disponibles via l’infrastructure « My Health @ European Union », qui relie les services nationaux de santé électronique et leur permet d’échanger des données médicales. Les règles de protection des données sont observées de manière stricte ; les patients doivent donner leur consentement avant d’accéder à ces services. 

D’ici 2022, 22 pays de l’UE font actuellement partie de l’Infrastructure de services numériques en matière de santé électronique et devraient échanger des ordonnances électroniques et des résumés de patients. Le système sera lancé par 7 États membres (la Croatie, l’Estonie, la Finlande, le Luxembourg, Malte, le Portugal et la République tchèque) d’ici la fin de l’année 2019.