Des données probantes relatives aux « psychobiotiques » dans le cadre du traitement de la santé mentale sont publiées


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un groupe international a publié les résultats de la plus grande revue de données probantes au monde sur les effets des suppléments nutritifs dans le cadre des troubles de la santé mentale.

L’étude a évalué 33 méta-analyses d’essais contrôlés randomisés portant sur l’efficacité et la sécurité d’emploi des suppléments nutritifs dans le cadre de troubles mentaux fréquents et sévères (n = 10 951).

Bien que la majorité des suppléments évalués n’aient pas amélioré de façon significative la santé mentale, les chercheurs ont découvert des données probantes solides, selon lesquelles certains suppléments constituent un traitement complémentaire efficace pour certains troubles.

Les données probantes les plus solides ont été découvertes pour les acides gras poly-insaturés (AGPI), en particulier l’acide eicosapentaénoïque, en tant que traitement adjuvant de la dépression. De nouvelles données probantes ont également suggéré que les AGPI pourraient être bénéfiques pour le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (Attention-Deficit/Hyperactivity Disorder, ADHD), tandis qu’aucune donnée probante n’a été trouvée pour la schizophrénie.

Les suppléments à base de folate ont été largement étudiés comme traitements adjuvants pour la dépression et la schizophrénie, avec des données probantes concluantes pour le méthylfolate à haute dose dans le cadre du trouble dépressif caractérisé. De nouvelles données probantes ont été découvertes pour la N-acétylcystéine comme traitement adjuvant dans le cadre des troubles de l’humeur et de la schizophrénie.

Il n’existe pas suffisamment de données probantes irréfutables plaidant en faveur de l’utilisation de vitamines (comme les vitamines E, C ou D) et de minéraux (zinc et magnésium) pour la prise en charge d’un quelconque trouble mental.

Tous les suppléments présentaient des profils de sécurité d’emploi satisfaisants, sans élément indiquant la présence d’effets indésirables graves ou de contre-indications avec les médicaments psychiatriques.