Des données probantes croissantes indiquent que l’anosmie est un signe de la présence d’une forme légère à modérée du COVID-19

  • Lechien JR & al.
  • Ann Intern Med
  • 26 mai 2020

  • Par Liz Scherer
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le dysfonctionnement olfactif, chez les patients atteints d’une forme légère à modérée de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19), pourrait être plus répandu qu’on ne le pensait auparavant et survenir sous différentes formes cliniques.
  • Des études sont nécessaires pour évaluer les mécanismes pathologiques, la propagation virale dans le neuroépithélium olfactif ainsi que l’invasion du bulbe olfactif et du système nerveux central.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les cliniciens doivent être attentifs à la perte de la sensibilité olfactive et gustative en tant que symptômes de forme légère à modérée du COVID-19.

Principaux résultats

  • L’étude a inclus 2 013 participants ; 8 % des participants (161) ont été hospitalisés pour cause de COVID-19.
    • 87,2 % ont signalé une perte de la sensibilité olfactive.
    • 56,4 % ont signalé un dysfonctionnement gustatif. 
  • Délai moyen entre la fin de la maladie et l’évaluation : 7,8 jours (écart-type [ET] : 6,8).
  • Durée moyenne des symptômes non olfactifs : 11,5 jours (ET : 6,0).
  • Chez 57,0 % des patients ayant présenté une perte de la sensibilité olfactive, cette perte est survenue après l’apparition d’autres symptômes généraux et de symptômes otolaryngologiques
  • 573 patients ont retrouvé leur odorat :
    • 60,9 % des patients de ce groupe ont retrouvé l’odorat 5–14 jours après l’avoir perdu (durée moyenne : 8,4 jours [ET : 5,1]).
  • Sur 86 patients ayant effectué une évaluation olfactive objective :
    • 47,7 % présentaient une anosmie confirmée. 
    • 14,0 % présentaient une hyposmie confirmée. 
    • 38,3 % ne présentaient aucun signe de dysfonctionnement.
  • Aucune association significative n’a été identifiée entre la perte de la sensibilité olfactive et l’obstruction nasale, la rhinorrhée ou la rhinorrhée postérieure. 

Protocole de l’étude

  • Une évaluation transversale de la prévalence, des caractéristiques et de la récupération d’une dysfonction de l’odorat a été réalisée à partir de patients hospitalisés et ambulatoires, se rétablissant d’une forme légère à modérée du COVID-19 en Europe, du 22 mars 2020 au 23 avril 2020.
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Biais d’autodéclaration.
  • Le caractère généralisable des résultats est inconnu.