Des données précoces appuient la présence d’un bénéfice associé au panobinostat dans le cadre de la LMA à risque élevé

  • DeAngelo DJ & al.
  • Leuk Res
  • 1 août 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Lorsqu’il a été combiné à l’association idarubicine et cytarabine, le panobinostat s’est montré efficace, avec un profil de sécurité d’emploi tolérable, chez les patients âgés de 65 ans ou moins atteints d’une leucémie myéloïde aiguë (LMA) à risque élevé.

Pourquoi est-ce important ?

  • Dans les études précliniques, la réduction de l’activité des histones désacétylases (HDAC) entraînait la potentialisation de la chimiothérapie standard dans le cadre du traitement de la LMA.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase Ib a été menée afin d’évaluer le schéma idarubicine et cytarabine associé à des doses croissantes (15, 20, 25 mg) de panobinostat par voie orale, chez 46 patients de 65 ans ou moins atteints d’une LMA à risque élevé.
  • 36 patients étaient atteints d’une LMA primitive et 10 d’une LMA secondaire.
  • L’âge médian des patients était de 55,5 ans (intervalle : 19–65).
  • Financement : Novartis Pharmaceuticals Corporation.

Principaux résultats

  • Le taux de réponse globale était de 60,9 % (IC à 95 % : 45,4–74,9 %).
  • 43,5 % des patients ont obtenu une rémission complète (RC).
  • 17,4 % ont obtenu une RC avec rétablissement incomplet de la numération sanguine.
  • Le taux de survie sans événement à 1 an était de 78,3 %.
  • 23,9 % des patients ont arrêté le traitement en raison d’une progression de la maladie ; 17,4 % ont arrêté le traitement en raison d’événements indésirables (EI).
  • 41,3 % des patients ont présenté au moins un EI grave (EIG) suspecté d’être lié au traitement.
  • La neutropénie fébrile de grade supérieur ou égal à 3 était l’EIG le plus fréquent.
  • Dose recommandée en phase II (DRPII) pour le panobinostat combiné à l’association idarubicine et cytarabine : 20 mg.

Limites

  • Échantillon de taille limitée.