Des données à long terme appuient un traitement adjuvant par ipilimumab dans le mélanome de stade III

  • Eggermont AMM & al.
  • Eur J Cancer
  • 7 août 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un traitement adjuvant par ipilimumab est associé à une amélioration des résultats de récidive, de métastase et de survie chez les patients atteints d’un mélanome de stade III, dans le cadre du suivi à long terme de l’essai 18071 de l’Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (European Organisation for Research and Treatment of Cancer, EORTC).

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude de suivi apporte les preuves d’un bénéfice durable associé à l’ipilimumab chez les patients atteints d’un mélanome réséqué de stade III.

Principaux résultats

  • La survie sans récidive (SSR) à 7 ans était de 39,2 % chez les patients ayant reçu de l’ipilimumab, contre 30,9 % chez les patients ayant reçu un placebo.
  • La survie sans métastases à distance (SSMD) à 7 ans était de 44,5 % chez les patients ayant reçu de l’ipilimumab, contre 36,9 % chez les patients ayant reçu un placebo.
  • La SG à 7 ans était de 60,0 % chez les patients ayant reçu de l’ipilimumab, contre 51,3 % chez les patients ayant reçu un placebo.
  • Comparativement au placebo, l’ipilimumab a été associé à une prolongation de :
    • la SSR (RR de 0,75 ; P 
    • la SSMD (RR de 0,76 ; P = 0,002) et
    • la SG (RR de 0,73 ; P = 0,002).
  • Les bénéfices étaient similaires entre les différents sous-groupes (hommes contre femmes, atteinte microscopique contre macroscopique, mélanome ulcéré contre non ulcéré).

Protocole de l’étude

  • 951 patients atteints d’un mélanome cutané réséqué de stade III, issus de 99 centres, ont été assignés de manière aléatoire pour recevoir de l’ipilimumab ou un placebo pendant un maximum de 3 ans.
  • Des données de suivi récentes étaient disponibles pour 264 patients (durée de suivi médiane de 6,9 ans).
  • Financement : Bristol-Myers Squibb.

Limites

  • De nombreux patients ont été perdus de vue au suivi.