Des chercheurs de l'UE découvrent un lien entre la résistance aux antibiotiques et les conditions sanitaires au niveau mondial

  • Hendriksen RS, et al.
  • Nature Communications
  • 8 mars 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Selon les résultats d'une vaste enquête financée par l'UE utilisant l'analyse ultramoderne d'ADN provenant d'eaux usées du monde entier, la résistance microbienne aux antibiotiques (AMR) est directement associée aux conditions sanitaires et à l'état de santé général de la population.

Le projet COMPARE utilise la technologie moléculaire pour mieux identifier et atténuer les maladies infectieuses émergentes et les épidémies d'origine alimentaire.

Les chercheurs ont utilisé l'analyse métagénomique d'eaux usées non traitées pour caractériser le résistome bactérien de 79 sites répartis dans 60 pays.

Ces données comparables ont permis d'élaborer la toute première carte mondiale répertoriant les niveaux d'AMR chez les populations en bonne santé, résultats désormais publiés dans le journal Nature Communications.

L'Europe de l'Ouest, l'Amérique du Nord, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, des régions où les conditions sanitaires sont généralement supérieures, présentent les niveaux de résistance aux antimicrobiens les plus faibles, tandis que l'Asie, l'Afrique et l'Amérique du Sud affichent les niveaux les plus élevés.

Par ailleurs, le Brésil, l'Inde et le Vietnam présentent la plus grande diversité de gènes résistants, contrairement à l'Australie et la Nouvelle-Zélande où la diversité est la plus faible.

Les chercheurs proposent d'utiliser l'analyse métagénomique des eaux usées comme approche acceptable au plan éthique et réalisable au plan économique, pour exercer une surveillance mondiale continue et permettre la prédiction d'une AMR.

Leur objectif est désormais de développer un système permettant d'échanger et d'interpréter les informations en temps réel, afin de faciliter la prise en charge des maladies qui menacent de se propager au-delà des frontières et d'évoluer en pandémies, comme la maladie à virus Ebola, la poliomyélite ou le choléra.