Des chercheurs américains développent un test génétique de détection rapide de la résistance aux antimicrobiens

  • Nelson MM, et al.
  • BMC Infectious Diseases
  • 12 févr. 2019

  • Par Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Des chercheurs américains ont développé un nouveau test génétique, rapide et ultrasensible, pour déterminer si les bactéries portent un gène de résistance aux antibiotiques couramment utilisés dans le traitement des angines à streptocoques et autres affections respiratoires.

Les chercheurs ont créé et validé un nouveau test d'amplification par polymérase (Recombinase Polymerase Assay, RPA) pour la détection du gène impliqué dans l'efflux des macrolides (gène Macrolide Efflux A, mef(A)), une pompe a efflux conférant aux bactéries hôtes la résistance aux antibiotiques de type macrolides à 14 et 15 atomes de carbone (y compris l'érythromycine A et l'azithromycine).

Dans le cadre d'une étude publiée dans le journal BMC Infectious Diseases, les scientifiques montrent que le test, qui détecte le gène mef(A) dans des lysats bruts sans purification des acides nucléiques, agit avec la même efficacité que les méthodes basées sur la culture, mais fournit les résultats en l'espace de dix minutes, contrairement aux approches standard actuelles qui nécessitent des heures voire des jours.

« Nous avons simplifié le processus de détection de la résistance aux antimicrobiens de manière qu'un médecin puisse déterminer si un patient sera ou non résistant au médicament prescrit, tandis qu'il patiente encore dans la salle d'attente. Nous pensons que ce test révolutionnera le traitement des maladies communes, » déclare le co-auteur de l'étude John R. Bracht.

L'étude conclut en suggérant que ces résultats ouvrent la voie à la mise en œuvre de diagnostics génomiques rapides dans les établissements hospitaliers, tout en offrant aux chercheurs un outil de détection de résistance aux antimicrobiens rapide et rentable pour les deux souches pathogène et commensale.