Des chercheurs affirment que la solitude constitue un risque légitime pour la santé


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Une nouvelle recherche suggère que les patients cardiaques qui sont seuls pourraient présenter un risque accru de mortalité toutes causes confondues dans l’année qui suit leur sortie de l’hôpital. 

L’étude, publiée dans la revue Heart, a examiné les résultats à un an de patients admis dans un centre cardiaque spécialisé en raison d’une cardiopathie ischémique, d’un rythme cardiaque anormal, d’une insuffisance cardiaque ou d’une valvulopathie cardiaque, sur une période de 1 an en 2013–2014. À la sortie du centre, 13 443 patients ont rempli des questionnaires sur leur santé physique, leur bien-être psychologique et leur qualité de vie, ainsi que sur leurs niveaux d’anxiété et de dépression. 

L’étude a révélé que la solitude avait prédit la mortalité toutes causes confondues chez les femmes (rapport de risque [RR] : 2,92 ; IC à 95 % : 1,55–5,49 ; P 

Les auteurs ont noté qu’il existe des indications selon lesquelles le fardeau de la solitude et de l’isolement social est en augmentation. Ils ont par ailleurs déclaré que de plus en plus de données probantes suggèrent que leur influence sur de mauvais résultats de santé est équivalente au risque associé à l’obésité sévère. Les initiatives de santé publique devraient donc viser à réduire la solitude. Les auteurs ont suggéré que la solitude devait être incluse dans l’évaluation des risques cliniques chez les patients cardiaques.