Des cas de cardiomyopathie du péripartum à fonction ventriculaire gauche conservée

  • Dr Robert Haïat

  • JIM Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La définition courante de la cardiomyopathie du péripartum exige la présence d'une dysfonction systolique du ventricule gauche (fraction d'éjection ventriculaire gauche [FEVG]

C'est la raison pour laquelle Afonso et coll. ont tenté de comparer les caractéristiques cliniques, échocardiographiques et le pronostic de ces deux formes de cardiomyopathie du péripartum.

L'étude rétrospective a porté sur les données de 25 patientes qui avaient eu, entre 2006 et 2013, une cardiomyopathie du péripartum à FEVG conservée (FEVG ≥ 55 %),identifiée sur la survenue d'une insuffisance cardiaque symptomatique entre le dernier mois de la grossesse et le 5e mois suivant l'accouchement.

Après exclusion des patientes qui présentaient une hypertension (n = 9), une prééclampsie (n = 1) et un diabète(n = 2), l'analyse a finalement porté sur 13 patientes qui ont été appariées en fonction de l'âge à 16 autres souffrant d'une cardiomyopathie du péripartum classique avec une FEVG

Les 13 patientes (âge moyen : 27 ans [20 à 40]) étaient majoritairement afro-américaines (69 %), multipares (62 %) et avaient accouché par voie basse.

Comparées aux patientes du groupe contrôle, celles qui avaient une cardiomyopathie du péripartum à FEVG conservée présentaient un taux moins élevé de BNP (B-type natriuretic peptide), des dimensions auriculaire gauche, ventriculaire gauche systolique et diastolique plus réduites, et une moindre incidence de décompensation cardiaque lors de l'accouchement (0 % vs 44 % ; p = 0,04). Sur le plan échocardiographique, on notait de plus faibles vélocités E' de l'anneau mitral (E' mitral annular vélocities). Enfin, au cours d'un suivi d'environ 3 ans, ces patientes étaient dans des classes fonctionnelles plus basses de la NYHA (New York Heart Association) et avaient notamment significativement moins de chances de se trouver en classes III ou IV (p

En conclusion, la cardiomyopathie du péripartum avec fonction systolique ventriculaire gauche conservée (FEVG ≥ 55 %) parait bien représenter une entité distincte de la classique cardiomyopathie du péripartum qui, elle, est associée à une dysfonction systolique du ventricule gauche. La série d'observations rapportées accrédite l'existence de cas d'insuffisance cardiaque diastolique au sein des cardiomyopathies du péripartum.