Des cadres dirigeants de l’industrie pharmaceutique sont condamnés pour avoir contribué à alimenter l’abus d’opioïdes sur ordonnance


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dans ce qui est décrit comme une affaire emblématique, le fondateur et quatre anciens cadres dirigeants de la société pharmaceutique américaine Insys Therapeutics Inc. ont été reconnus coupables de complot selon la Loi sur les organisations influencées par le racket et la corruption (Racketeer Influenced and Corrupt Organizations Act, RICO), par un jury fédéral à Boston. 

Le fondateur et ancien président exécutif d’Insys, John N. Kapoor, ainsi que l’ancien directeur national des ventes de l’entreprise, Richard M. Simon, l’ancien vice-président des marchés à offre réglementée, Michael J. Gurry et deux anciens directeurs régionaux des ventes, Sunrise Lee et Joseph A. Rowan, ont été condamnés pour complot dans le cadre duquel des professionnels de santé recevaient des pots-de-vin pour prescrire Subsys, ainsi que pour avoir fraudé le régime Medicare et des compagnies d’assurances privées. Avant le début du procès, Michael Babich, l’ancien PDG et président de l’entreprise, et Alec Burlakoff, l’ancien vice-président des ventes, avaient plaidé coupables et ont témoigné pendant le procès.

Le tribunal a appris que, de mai 2012 à décembre 2015, les accusés avaient comploté pour soudoyer des professionnels de santé et leur verser des pots-de-vin afin de les inciter à prescrire Subsys aux patients, souvent lorsque cela n’était pas justifié sur le plan médical. Cela comprenait l’organisation de faux programmes de conférenciers.  

Il s’agit de la première poursuite fructueuse contre des cadres supérieurs de l’industrie pharmaceutique pour des délits liés à la commercialisation et la prescription illicites d’opioïdes.

Les dates de prononcé des peines n’ont pas encore été fixées.