Des biomarqueurs simples peuvent prédire la réponse aux IPCI dans le cadre du CPNPC

  • Parikh K & al.
  • Cancer Immunol Immunother
  • 2 juil. 2018

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’analyse de la numération absolue des monocytes (NAM) et de la numération absolue des neutrophiles (NAN) avant et pendant le traitement pourrait permettre d’identifier facilement les patients atteints d’un CPNPC qui pourraient répondre aux inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (IPCI).

Pourquoi est-ce important ?

  • De nombreux biomarqueurs permettant de déterminer la réponse aux IPCI ne sont pas facilement accessibles aux cliniciens.

Protocole de l’étude

  • 32 patients atteints d’un CPNPC métastatique et traités par IPCI.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 12 patients ont reçu du pembrolizumab, 19 du nivolumab et 1 du nivolumab suivi de pembrolizumab.
  • 15,6 % ont reçu du pembrolizumab en monothérapie de première intention, 69 % ont reçu au moins un traitement antérieur comprenant un schéma à base de platine, et 15,6 % ont reçu une chimiothérapie à base de platine associée au pembrolizumab en première intention.
  • Chez les patients ayant obtenu une réponse aux IPCI, la NAM médiane initiale était de 600/mm3 et la NAN médiane initiale était de 4 250/mm3 ; chez les non-répondeurs, la NAM médiane initiale était de 516/mm3 et la NAN médiane initiale était de 5 290/mm3.
  • Chez les patients ayant obtenu une réponse, ceux ayant une NAM supérieure à 700/mm3 présentaient un délai médian jusqu’à l’obtention de la réponse significativement plus court que ceux ayant une NAM inférieure ou égale à 700/mm3 (8 contre 12 semaines ; P = 0,048).
  • La NAN après la première dose d’IPCI prédisait la réponse à l’IPCI (3 400/mm3 chez les patients ayant obtenu une réponse, contre 6 300/mm3 chez les non-répondeurs ; P = 0,02).
  • Les patients ayant une NAN inférieure ou égale à 4 200/mm3 après la première dose étaient plus susceptibles d’obtenir une réponse que ceux ayant une NAN supérieure à 4 200/mm3 (RC : 6,8 ; IC à 95 % : 1,1–41,8).

Limites

  • Étude rétrospective, monocentrique avec un échantillon de petite taille.