Des biomarqueurs inflammatoires prédisent la survie dans le cadre du cancer à petites cellules de l’œsophage

  • Wang N & al.
  • Thorac Cancer
  • 6 août 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un rapport plaquettes-lymphocytes (RPL) élevé avant le traitement était le facteur prédictif le plus important d’une réduction de la SG dans une cohorte chinoise de patients atteints d’un cancer à petites cellules primitif de l’œsophage (CPCPO), tandis qu’une numération totale des lymphocytes (NTL) élevée n’avait pas d’impact sur la SG.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le cancer de l’œsophage est le troisième cancer le plus fréquent en Chine et le sixième plus fréquent dans le monde, mais le CPCPO est un sous-type rare.
  • Chez les patients présentant un RPL élevé avant le traitement, le recours à un traitement plus agressif pourrait être justifié.

Protocole de l’étude

  • Une cohorte prospective de patients atteints d’un CPCPO (n = 73) dans un hôpital universitaire en Chine (2009–2017) a été analysée.
  • Les valeurs seuils pour la NTL, le RPL et le rapport neutrophiles-lymphocytes (RNL) ont été établies à l’aide de courbes de la fonction d’efficacité du récepteur.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine ; autres.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 26,5 mois.
  • Les valeurs seuils étaient les suivantes : 1,8 × 109 pour la NTL, 2,37 pour le RNL et 145 pour le RPL.
  • À l’analyse univariée :
    • Un RNL élevé (comparativement à faible) avant le traitement était associé à une réduction de près de 70 % de la SG (rapport de risque [RR] : 1,685 ; P = 0,047).
    • Un RPL élevé (comparativement à faible) avant le traitement était associé à une réduction de près de 72 % de la SG (RR : 1,716 ; P = 0,033).
    • Une NTL élevée avant le traitement n’était associée à aucune réduction de la SG.
  • À l’analyse multivariée :
    • Seul un RPL élevé (comparativement à faible) avant le traitement était associé à une réduction de la SG (RR : 1,751 ; P = 0,035).

Limites

  • Étude monocentrique.
  • Protocole observationnel.
  • Échantillon de petite taille.
  • La concentration du sang prélevé n’était pas indiquée.