Des apports élevés en fibres alimentaires et en céréales complètes réduisent le risque de maladies non transmissibles


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La consommation de quantités plus élevées de fibres alimentaires et de céréales complètes pourrait contribuer à réduire le risque de mortalité et de diverses maladies non transmissibles (MNT), selon une nouvelle recherche publiée dans la revue The Lancet. La recherche a été commanditée par l’Organisation mondiale de la Santé pour orienter l’élaboration de recommandations mises à jour concernant l’apport en glucides. 

Les chercheurs ont examiné les données de 185 études observationnelles et de 58 essais cliniques faisant état de la relation entre un certain nombre d’indicateurs de la qualité des glucides et l’incidence de diverses MNT ainsi que de la mortalité. 

Les données observationnelles ont suggéré une diminution d’environ 15–30 % de la mortalité toutes causes confondues et de la mortalité d’origine cardiovasculaire, ainsi que de l’incidence des maladies cardiaques coronaires, des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et de la mortalité par AVC, du diabète de type 2 et du cancer colorectal, après une comparaison entre les personnes consommant le plus de fibres alimentaires et celles en consommant le moins. Des apports plus élevés en céréales complètes ont également été associés à une réduction de la mortalité et du risque de MNT. 

Une méta-analyse d’essais cliniques a suggéré que l’augmentation de l’apport en fibres était associé à une diminution du poids corporel, de la pression artérielle systolique et du cholestérol total, après une comparaison entre les apports plus élevés et moins élevés de fibres alimentaires. Des apports accrus en céréales complètes ont également montré une réduction du poids corporel et du cholestérol.

Les associations concernant les régimes alimentaires à faible charge glycémique et à faible indice glycémique étaient moins nettes.