Des anomalies à l’EEG, prédictives de symptômes négatifs dans la schizophrénie

  • Dr Alain Cohen

  • JIM Actualités médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Dans la schizophrénie, certaines anomalies à l'examen électroencéphalographique et à l'examen magnétoencéphalographique sont souvent constatées, en particulier une augmentation significative de l'activité temporale et frontale δ (ondes lentes d'une fréquence comprise entre 1 et 4 Hertz) et θ (ondes lentes d'une fréquence entre 4 et 7 Hertz).

Réalisée aux États-Unis sur 41 patients schizophrènes (âge moyen = 37,63 ans ; déviation-standard = 12,09 ans) et sur 37 sujets-contrôles (âge moyen = 38,92 ans ; déviation-standard = 11,13 ans), une étude vise à évaluer l'association éventuelle du dysfonctionnement frontal (objectivé par cette activité lente, à l'électroencéphalogramme et au magnétoencéphalogramme) avec certains troubles notés dans la schizophrénie. Les auteurs observent une « activité élevée » de type δ et de type θ dans la région frontale et dans la région temporopariétale de l'hémisphère cérébral droit, plus marquée chez les sujets schizophrènes que dans le groupe-contrôle. Mais cette activité frontale droite de type δ se révèle « associée uniquement avec les symptômes négatifs de la schizophrénie, et non avec les symptômes positifs », évalués à l'échelle PANSS[1] où le score s'échelonne de 3 (aucun trouble) à 49 (symptomatologie sévère). On constate notamment que l'augmentation d'une telle activité δ dans la région frontale droite peut constituer un critère permettant de « prédire une capacité attentionnelle et fonctionnelle plus pauvre. »

Les auteurs estiment que, dans la mesure où le traitement psychotrope réduit cette activité cérébrale de type lent, cet effet thérapeutique « pourrait s'accompagner d'un meilleur fonctionnement mental » et contribuer ainsi à l'amélioration du pronostic.

[1] Positive and Negative Syndrome Scale, échelle évaluant la symptomatologie positive et négative de la schizophrénie : http://schizophreniabulletin.oxfordjournals.org/content/13/2/261.full.pdf+html