Dermatite atopique : le delgocitinib, un anti-JAK efficace dans la dermatite atopique de l’enfant

  • Nakagawa H & al.
  • J Am Acad Dermatol

  • Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Le delgocitinib topique améliore de façon rapide et continue le prurit lié à la dermatite atopique selon l’étude menée auprès d’enfants âgés de 5 à 12 ans, le profil d’efficacité et de tolérance étant globalement comparable à celui précédemment rapporté chez les adultes.

La dermatite atopique ne répond pas toujours suffisamment aux dermocorticoïdes ou aux inhibiteurs topiques de la calcineurine. De nouvelles approches thérapeutiques sont donc nécessaires. Le delgocitinib est un inhibiteur pan-Janus kinase (JAK) qui a déjà décrit son efficacité dans la dermatite atopique de l’adulte. Une étude de phase 3 a été menée parallèlement chez l’enfant. Des démarches d’enregistrement de la molécule ont été initiées.

Méthodologie

Cette étude de phase 3 multicentrique a été menée au Japon auprès d’enfants de 2 à 15 ans atteints d’une dermatite associée à un score de sévérité mEASI de 5 ou plus et un score d’évaluation par l’investigateur léger à sévère, l’atteinte devant concerner 5 à 30% de la surface corporelle totale. Les enfants ont été randomisés en aveugle entre deux groupes recevant le delgocitinib 0,25% ou un placebo durant 4 semaines. Ensuite, une période d’extension était menée en ouvert, et les patients pouvaient basculer vers une crème dosée à 0,25% ou 0,5% si besoin clinique, appliquée deux fois par jour sur les zones atteintes. L’objectif était d’évaluer l’efficacité et la tolérance du traitement.

Principaux résultats

Au total, 137 patients ont été randomisés (âge moyen 8,3 ans, 51% de garçons). Respectivement 89,9% ont terminé la partie randomisée dans le groupe delgocitinib contre 70,6% dans le groupe placebo, tandis que 10,1% et 27,9% d’entre eux sont entrés plus tôt dans la phase d’extension pour manque d’efficacité. Au total, ils étaient 135 patients à être entrés dans cette seconde phase, et 118 à l’avoir terminée.

À l’issue de la partie randomisée de l’étude, l’évolution moyenne du score mEASI était de -39,3% dans le groupe delgocitinib contre -10,9% dans le groupe contrôle (p<0,001). Le taux de patients réduisant de 50% ou de 75% leur score mEASI était respectivement de 50,7% et de 37,7% dans le groupe traité, contre 17,6% et 4,4% dans le groupe placebo. Le score de prurit était également amélioré rapidement, et maintenu jusqu'à la semaine 4.

Dans la phase d’extension de l’étude, l’amélioration des scores mEASI, IGA et du prurit était maintenue jusqu'à la fin des 56 semaines de suivi. Le taux de patients atteignant une évolution de 50% ou de 75% du score mEASI était supérieur à 70% et à 52% respectivement.

En termes de tolérance, aucun effet indésirable grave, sévère ou conduisant à l'arrêt du traitement n’a été rapporté. Quatre cas de folliculite légère au site d’application ont néanmoins été rapportés.

Financement

L’étude a été sponsorisée par LEO Pharma