Dépistage systématique de l’atteinte cognitive chez les adultes plus âgés : les données probantes sont insuffisantes

  • Owens DK & al.
  • JAMA
  • 25 févr. 2020

  • Par Susan London
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Groupe de travail des services préventifs des États-Unis (US Preventive Services Task Force, USPSTF) a conclu que les données probantes sont insuffisantes pour recommander ou déconseiller le dépistage systématique de l’atteinte cognitive chez les adultes plus âgés asymptomatiques non institutionnalisés.
  • Cette recommandation est inchangée depuis 2014.

Pourquoi est-ce important ?

  • Près de 10 millions de nouveaux cas de démence sont diagnostiqués chaque année dans le monde.
  • L’atteinte cognitive précède souvent la démence.
  • Son identification précoce pourrait orienter l’accompagnement des patients et les interventions.
  • L’éditorial fait état de pressions politiques exercées par les intérêts commerciaux et les groupes de défense des patients en faveur d’un dépistage systématique et appelle à la mise en œuvre de pratiques fondées sur les données probantes.
  • Un second éditorial fait remarquer que des traitements nouvellement disponibles pourraient renforcer les bénéfices du dépistage.

Principaux résultats

  • Les données probantes sont insuffisantes pour évaluer les bénéfices, par rapport aux préjudices, du dépistage de l’atteinte cognitive chez les membres asymptomatiques de cette population.
  • Les outils de dépistage ont généralement une sensibilité et une spécificité plus faibles pour détecter l’atteinte cognitive légère, par rapport à la démence.
  • Domaines pour lesquels les données probantes indiquant un bénéfice sont insuffisantes :
    • les médicaments et les suppléments qui améliorent les résultats à long terme ;
    • les interventions venant en aide aux soignants ;
    • les changements favorables dans la prise de décision et la planification.
  • Domaines pour lesquels les données probantes indiquant un préjudice sont insuffisantes :
    • l’effet négatif de nature psychosociale ;
    • les effets indésirables des médicaments.
  • Une association de médecins de famille aux États-Unis soutient la recommandation de 2014.
  • L’Académie américaine de neurologie (American Academy of Neurology) recommande cependant d’évaluer la présence d’une atteinte cognitive lors des consultations annuelles de bien-être.

Protocole de l’étude

  • Une mise à jour du rapport des données probantes et une revue systématique de 287 études, ayant inclus plus de 285 000 adultes plus âgés, ont été réalisées.
  • Financement : Agence pour la recherche et la qualité en matière de soins de santé (Agency for Healthcare Research and Quality).

Limites

  • Définitions et comptes rendus des résultats non uniformes.
  • Ne s’applique pas aux personnes hospitalisées ou vivant dans des structures d’accueil de groupes.