Dépistage des troubles du spectre autistique à 36 mois


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le dépistage des troubles du spectre autistique (TSA) à 3 ans d’âge permet d’identifier uniquement les enfants ayant un retard du développement significatif et ne bénéficie pas à ceux présentant un autisme moins sévère. Cette conclusion, qui provient de l’analyse des données de l’Étude de cohorte norvégienne mère-père-enfant, entre en conflit avec les théories antérieures.

L’étude a mesuré la sensibilité et la spécificité du Questionnaire sur la communication sociale à 40 items (40-item Social Communication Questionnaire, SCQ) pour dépister les TSA à 36 mois.

Il en ressort que, parmi les enfants de 58 520 mères, la distribution des scores au SCQ chez ceux présentant des TSA et chez les autres enfants présentait des degrés de chevauchement élevés. Avec le seuil de 15 recommandé dans le manuel du SCQ, la sensibilité du dépistage était de 20 % pour l’ensemble des TSA.

Pour les enfants atteints de TSA qui n’avaient pas développé un langage par phrases à 36 mois, la sensibilité était de 46 %, tandis qu’elle était seulement de 13 % pour les enfants atteints de TSA ayant développé un langage par phrases. La spécificité du dépistage était de 99 %.

Avec le seuil actuellement recommandé de 11, la sensibilité a augmenté pour passer à 42 % pour l’ensemble des TSA, à 69 % pour les TSA sans langage par phrases et à 34 % pour les TSA avec langage par phrases. La spécificité était de 89 %.

Écrivant dans la revue BJPsych Open , les auteurs ont conclu que les données probantes disponibles ne plaident pas en faveur de programmes universels de dépistage précoce des TSA.