Dépenses du secteur de la santé dans la lutte contre le VIH/sida : comment atteindre l’Objectif 3 de développement durable des Nations Unies


  • Heather Mason
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

En 2015, 193 États membres des Nations Unies ont adopté l'Agenda 2030 pour le développement durable. Ils ont identifié 17 objectifs de développement durable (ODD) et 169 cibles pour catalyser "la paix et la prospérité pour les populations et la planète". Une étude s’est penchée sur l’évaluation des progrès accomplis dans ce cadre. Cette dernière évalue les dépenses réalisées et leur association avec les gains réalisés en matière de santé dans le cadre des objectifs fixés en matière de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose, le paludisme, la couverture médicale universelle, la protection contre les risques financiers et à l'aide au développement pour la santé.

Les résultats de ce travail montre que les dépenses mondiales de santé ont augmenté depuis 2015, et étaient de 7.900 milliards de dollars en 2017 pour passer à 11.000 milliards de dollars d'ici 2030. En 2017, les dépenses consacrées au VIH/sida par les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire s'élevaient à 20,2 milliards de dollars. L’aide au développement pour la santé était de 40,6 milliards de dollars en 2019, le VIH/sida formant le principal domaine de santé financé depuis 2004. Dans ce cadre, 374 millions de dollars ont été alloués à la lutte contre la pandémie en 2019, soit moins de 1% de la somme globale. Et bien que les dépenses aient augmenté depuis 2015 dans la lutte contre le VIH/Sida, ce n’est pas le cas de tous les pays, et les données en termes de prévalence, d'incidence et de dépenses par habitant apparaissent contrastées. La proportion des dépenses de santé devrait passer de 81,6% (81,6-81,7) en 2015 à 83,1% (82,8-83,3) en 2030.

Le 13e programme général de travail de l'OMS 2019-2023 et la recherche menée par l’étude Global Burden of Diseases, Injuries and Risk Factors ont permis la quantification des dépenses et progrès du 3e objectif de développement durable, mais le suivi des financements est moins bien exploré. Ceci est cependant essentiel pour garantir la transparence de l'utilisation des ressources et l'association entre les résultats et le financement.

Pour certains pays à faible revenu, les données montrent que les ressources disponibles semblent insuffisantes pour atteindre les objectifs fixés pour 2030. Hormis le montant du financement, les contraintes des systèmes de soins, la difficulté à allouer les ressources, la faiblesse du système de gouvernance, les problématiques relatives aux moyens humains sont essentielles à résoudre pour atteindre ces objectifs.