Démographie médicale : les inégalités se creusent


  • JIM Vu par vos patients
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le Conseil national de l'Ordre des médecins (Cnom) a publié hier son atlas démographique annuel. Avec 217 107 inscrits au tableau de l'Ordre début 2018, le nombre de médecins actifs affiche une hausse de 0,5 % sur un an et dépasse son précédent record établi en 2010. A cet effectif s'ajoutent 17 373 praticiens recensés en cumul emploi-retraite, soit 3,1 % de plus que début 2017.
En apparence, ces chiffres donnent une impression de stabilité. Pourtant la baisse annuelle du nombre de généralistes (-0,4 % en 2017, soit 87 801 de personne en moins) s'accumule dangereusement au fil des années. Depuis 2010, la France a ainsi perdu 6,8 % de ses généralistes. D'après les projections du Cnom, elle devrait en perdre autant d'ici 2025. Avec 24 % de généralistes âgés de plus de 60 ans et seulement 21 % en dessous de 40 ans, « le renouvellement générationnel est incomplet », s'alarme l'Ordre. A l'inverse, les effectifs continuent d'augmenter chez les spécialistes (+0,4 %, soit 85 647) et les chirurgiens (+0,8 %, soit 24 632). Ces deux catégories ont augmenté de 4,2 % depuis 2010 et leur nombre devrait encore progresser de 3,2 % jusqu'en 2025.
D'autres évolutions déjà constatées depuis plusieurs années se confirment également comme la part croissante du salariat (47 %) au détriment de l'exercice libéral (42 %) ou mixte (11 %) et la féminisation du corps médical. Enfin, le Cnom pointe un phénomène croissant d'inégalités territoriales, avec des baisses de densité « plus fortes dans les départements déjà affectés » par la désertification médicale. L'atlas révèle une « diagonale de l'intérieur, du sud-ouest au nord-est de l'Hexagone » marquée par des effectifs médicaux nettement inférieurs à la moyenne nationale, un nombre moins important de CHU et des équipements plus rares. Résultat : les départements concernés font souvent appel aux médecins étrangers pour ralentir l'hémorragie. Exemple dans l'Yonne, où 11 des 17 médecins nouvellement inscrits à l'Ordre en 2017 étaient diplômés hors de France.