Démence : un recours accru à l’hôpital pour les personnes non institutionnalisées

  • Afonso-Argilés FJ & al.
  • BMC Geriatr
  • 5 nov. 2020

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Messages principaux

  • Selon une étude européenne ayant rassemblé 1.700 personnes âgées atteintes de démence, celles prises en charge à domicile ont plus souvent recours aux urgences ou à une hospitalisation que celles qui sont institutionnalisées, avec un surcoût associé substantiel. Plusieurs facteurs de risque ont en effet été identifiés chez les premiers (perte de poids, chutes accidentelles, polymédication…) alors que seule la polymédication a été identifiée pour les sujets institutionnalisés.

La littérature décrit bien que les personnes souffrant de démence ont un risque d’hospitalisation plus élevé que les autres, mais ces données ont essentiellement été obtenues à partir d’une population vivant dans la communauté. La fréquence et les déterminants relatifs à celles qui sont institutionnalisées ont été moins étudiés. Aussi, une analyse spécifique de l’étude européenne RightTimePlaceCare (RTPC) a été conduite afin de comparer les deux types de prise en charge.

Méthodologie

Cette enquête prospective longitudinale a été menée dans huit pays européens (Allemagne, Estonie, Espagne, Finlande, France, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède) et visait à améliorer les services de santé et de soins sociaux pour les sujets atteints de démence de plus de 65 ans en se concentrant sur la transition entre le domicile et l’institution. L’analyse a ainsi comparé le devenir et les déterminants associés chez des personnes (score cognitif MMSE≤24) récemment institutionnalisées (dans les 3 mois) et ceux de sujets à haut risque d’institutionnalisation.

Principaux résultats

Au total, l’étude a inclus 1.700 personnes atteintes de démence (âge moyen 82,8 ans, 68,5% de femmes), dont 62% étaient maintenues à domicile. Parmi elles, 16,7% ont dû être au moins une fois accueillies aux urgences ou être hospitalisées après 3 mois de suivi, avec une fréquence plus élevée dans le groupe à domicile (13,8 vs 18,5%, p=0,011). La plupart n'ont eu qu'un seul épisode hospitalier durant le suivi.

Le taux global estimé d’hospitalisation ou d’admission aux urgences par personne atteinte de démence et par an était de 0,44 et de 0,37 respectivement, ces chiffres étant plus élevés pour les personnes non institutionnalisées que les autres (0,50 vs 0,35 pour les hospitalisations, 0,43 vs 0,26 pour les urgences).

Selon les analyses multivariées, seule la polymédication est apparue comme un facteur de risque de recourir à une hospitalisation ou à une admission aux urgences pour les personnes institutionnalisées (OR 1,96 [1,03-3,75]). Pour les personnes vivant à domicile, plusieurs facteurs y étaient associés : les antécédents récents de chutes (dans les 3 mois, OR 1,64 [1,12-2,41]), la polymédication (OR 2,48 [1,70-3. 62]), une perte de poids (1,73 [1,17-2,56]), la charge modérée ou importante pour l’aidant familial (1,67 [1,04-2,66] et 1,76 [1,04-2,98]). L’état fonctionnel ou cognitif des participants ne semblait pas impacter le risque.

Concernant les coûts, les observations étaient différentes selon les pays. En France, le coût moyen d’une admission aux urgences était plus élevé pour les personnes institutionnalisées (123 vs 68 euros pour les non institutionnalisés), la tendance inverse étant observée pour les hospitalisations (1.327 vs 3.623 euros).



 

Afonso-Argilés FJ, Meyer G, Stephan A, Comas M, Wübker A, Leino-Kilpi H, Lethin C, Saks K, Soto-Martin M, Sutcliffe C, Verbeek H, Zabalegui A, Renom-Guiteras A; RightTimePlaceCare Consortium. Emergency department and hospital admissions among people with dementia living at home or in nursing homes: results of the European RightTimePlaceCare project on their frequency, associated factors and costs. BMC Geriatr. 2020 Nov 5;20(1):453. doi: 10.1186/s12877-020-01835-x. PMID: ; PMCID: PMC7643440. pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33153444/