Démarche diagnostique et prise en charge des patients COVID-19 en phase de déconfinement


  • Caroline Guignot
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le ministère de la santé a émis une fiche à destination des professionnels de santé afin de synthétiser la marche à suivre pour les médecins de ville face à un cas suspect ou confirmé.

Démarche diagnostique

- L’examen clinique doit permettre d’identifier les symptômes spécifiques de la maladie, les signes de gravité de la maladie et les facteurs de risque de formes graves, tous rappelés dans le document. Cet examen doit aussi permettre de préciser l’entourage (et notamment les personnes à risque du foyer), l’environnement socio-professionnel et les aspects psychologiques afin de disposer de tous les éléments d’information en cas de diagnostic positif.

- C’est au médecin d’apprécier si la primo-consultation doit être physique ou réalisée par téléconsultation.

- Le test PCR doit être réalisé pour toutes les personnes symptomatiques, toutes les personnes contacts d’un cas confirmé par PCR (les définitions des cas confirmés, probables possibles et contact y sont rappelés). Par ailleurs, des campagnes peuvent être organisées pour les personnes vulnérables ou pour les résidents et personnels accueillis dans des structures d’hébergement collectif sanitaires ou médico-sociales.

- Le test est soumis à prescription médicale obligatoire et le médecin de ville doit orienter le patient pour la réalisation du prélèvement (lieux: https://sante.fr/recherche/trouver/DepistageCovid).

- Les résultats doivent être transmis au patient, au prescripteur et au médecin traitant dans les 24 heures. Dans le délai, le patient doit recevoir 4 masques de la part du médecin ou une prescription.

En cas de confirmation du diagnostic par PCR

- le patient doit être isolé : les modalités d’autosurveillance (prise de la température 2 fois par jour et information sur les signes d’aggravation [1]), de maintien à domicile [2-3] avec suivi par téléconsultation, de suivi renforcé avec consultation physique ou suivi infirmier, d’hospitalisation à domicile [4] sont précisées selon la situation clinique, l’entourage social, la composition du foyer et la compréhension du patient. L’hospitalisation ou l’appel du Samu-Centre 15 doit être envisagé selon les modalités habituelles.

- le patient peut si besoin être orienté vers un médecin spécialiste [5] . La durée de l’arrêt de travail dépend de la situation clinique, psychologique et socio-professionnel du patient, et des recommandations relatives à la levée d’isolement.

- La levée du confinement peut avoir lieu à partir du 8ème jour du début des symptômes ET au moins 48 heures après la disparition de la fièvre ET au moins 48h après la disparition de la dyspnée. La disparition de la toux ne constitue pas un bon critère dans la mesure où peut persister une toux irritative au-delà de la guérison. Dans les 7 jours suivant la levée du confinement, il est recommandé d’éviter les contacts rapprochés avec des personnes à risque de forme grave. Les modalités spécifiques aux personnes immunodéprimées et aux professionnels de santé y sont précisées.

- les membres du foyer sont considérés comme personnes contacts à risque élevé. Ils doivent respecter une quatorzaine après le dernier contact avec le patient, avec prise de température 2 fois par jour et surveillance de l’apparition des symptômes. Ils doivent faire l’objet d’une évaluation médicale. Ils peuvent bénéficier d’un arrêt de travail [6] si le télétravail est impossible.

- le texte rappelle les modalités visant à limiter le risque pour les membres du foyer : pièce dédiée pour le patient, limitation des déplacement, hygiène, entretien du logement et du linge… Il précise les critères socio-environnementaux d’exclusion d’une quatorzaine à domicile.

Contact tracing

Il est demandé a minima au médecin de ville d’assurer l’identification des personnes contacts au sein du foyer du cas et de les informer de la conduite à tenir (isolement, test...). Il peut utiliser l’application Contact Covid disponible sur amelipro , sur accord du patient, pour enregistrer les informations relatives au patient et aux personnes contacts. La démarche du médecin dans l’identification des personnes contacts du patient fait l’objet d’une valorisation par l’Assurance Maladie.

Le texte précise le rôle des différents niveaux d’intervention des acteurs de ville et hospitalier, des plateformes territoriales de l’Assurance Maladie et des ARS dans cette démarche.