Déficit en vitamine D de la mère et impact cardiovasculaire chez l’enfant

  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’étude HAPO (Hyperglycemia and Adverse Pregnancy Outcome) avait évalué les effets d'une l’exposition à l’hyperglycémie maternelle in utero, sur la tolérance au glucose, l’obésité et la pression artérielle chez l’enfant à l'âge de 7 ans. À partir de cette même étude, des analyses ont été menées pour évaluer l’association entre le déficit en vitamine D de la mère durant la grossesse et le risque cardio-métabolique de l’enfant à 7 ans. Le statut vitaminique était mesuré dans le sang de la mère et du cordon ombilical. Les résultats suggèrent qu’il existerait une relation inverse entre le taux de vitamine D in utero et la vitesse de propagation de l’onde de pouls carotido-fémorale. Cependant, d’autres études sont encore nécessaires pour confirmer ces données et mieux comprendre les mécanismes sous-jacents.

Méthodologie

Le risque cardiovasculaire et la mesure de la vitesse de l’onde de pouls carotido-fémorale (VOPcf) ont été évalués chez l’enfant à l’âge de 7 ans. Des analyses intermédiaires ont été réalisées à partir des dosages en vitamine D (25-OHD) du sérum maternel (n=566)  et du sérum du cordon ombilical (n=673) à mi-grossesse (par chromatographie liquide et spectrométrie de masse).

Principaux résultats

Le taux moyen de 25-OHD maternel et dans le sang ombilical était respectivement de 58,52 nmol/L et 41,06 nmol/L. Au global, 38,3% des femmes avaient un taux de vitamine D <50nmol/L (seuil définissant un déficit dans l’étude par les méthodes utilisées). Ces taux variaient selon les saisons. Le taux de vitamine D dans le sang du cordon (mais pas celui de la mère) était inversement associé à la vitesse de l’onde de pouls carotido-fémorale, et ce, indépendamment de la glycémie maternelle durant la grossesse, de son statut de tension artérielle durant le suivi ou d’autres facteurs de confusion, tels que le sexe, l’âge ou encore la taille de l’enfant. Cette association persistait après ajustement sur la pression artérielle de l’enfant.