Décubitus dorsal ou ventral : des efforts respiratoires distincts dans la bronchiolite

  • Baudin F & al.
  • J Pediatr
  • 14 nov. 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • BRONCHIO-DV a recruté 14 nourrissons souffrant de bronchiolite sévère qui ont été randomisés entre une position de décubitus dorsal puis ventral (maintenues 1 heure chacune), ou inversement, afin de mener une évaluation de la fonction des muscles respiratoires.
  • Ainsi, l’amplitude de variation du temps de pression oesophagienne (Pes swing), traduisant les efforts à l’inspiration, était moins élevée en décubitus ventral qu’en décubitus dorsal. Le coût métabolique lié à la respiration apparaissait également en faveur de la position sur le ventre. Quelle que soit la position adoptée, les efforts liés à l’inspiration diminuaient avec le temps au cours de l’heure de test, mais cette cinétique était plus prononcée pour la position ventrale.
  • Au total, six enfants sont apparus comme n’étant pas répondeurs à la position ventrale. Ceux qui étaient répondeurs présentaient un coût métabolique lié à la respiration plus élevé en position dorsale que les non-répondeurs. Selon les auteurs, ceci suggère que la position de décubitus ventral pourrait être la plus appropriée pour les nourrissons réalisant des efforts respiratoires importants en position dorsale.
  • La traduction de ces résultats en termes cliniques doit maintenant être étudiée.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Le décubitus ventral est une position qui réduit la mortalité chez l’adulte souffrant d’un syndrome de détresse respiratoire aigu, mais son bénéfice chez l’enfant, notamment en cas de bronchiolite virale sévère n’est pas démontré. Une équipe lyonnaise a voulu mener une exploration physiologique de la respiration afin d’évaluer si la position permettait de modifier les efforts associés.

Méthodologie

  • L’étude a été menée auprès d’enfants de moins de 6 mois, diagnostiqués pour une bronchiolite virale sévère nécessitant une pression positive continue (CPAP). Après l’inclusion, ils ont été randomisés pour être installés sur un lit incliné à 30 degrés en position ventrale puis dorsale, ou inversement (1 heure dans chacune des positions espacées d’une période de 15 minutes sans ventilation).
  • Plusieurs mesures ont été réalisées durant cette étude : activité électrique du diaphragme, pression des voies aériennes, débit, temps de pression œsophagienne, pression transdiaphragmatique… Le critère principal d’évaluation était la valeur du produit pression-temps lié à la pression œsophagienne par minute sur 100 respirations enregistrées au cours des 5 dernières minutes.

Principaux résultats

  • Les mesures ont été réalisées chez 14 enfants (âge moyen 33 jours, 64% de garçons, 50% infectés par le VRS).
  • Le produit pression-temps médian lié à la pression œsophagienne (reflet de l’effort expiratoire) était de 227 cm H 2 O.s/minute en décubitus ventral contre 353 cm H 2 O.s/minute en décubitus dorsal (p=0,048). Il diminuait au cours du temps passé dans chacune des positions, avec une ampleur supérieure dans le groupe décubitus ventral.
  • Le score de Wood modifié (mWAS), dont les valeurs élevées illustrent la sévérité de l’asthme, était plus faible en position ventrale qu’en position dorsale (score médian 3,0 vs 3,5, p=0,033). Pendant ce temps, la fréquence respiratoire médiane et la pression des voies aériennes était similaire dans les deux groupes.
  • L’activité électrique du diaphragme maximale et les variations de cette activité étaient inférieures en position ventrale, avec une valeur finale plus faible dans cette position.
  • Les mesures n’ont pas permis de mettre en évidence un bénéfice en termes d’oxygénation

Principales limitations

Malgré les 15 minutes séparant les deux mesures, une influence de l’ordre des deux positions sur les mesures ne peut être exclue.

L’état de veille ou de sommeil au cours des mesures n’a pas été pris en considération.

Financement

L’étude a été financée par plusieurs structures non lucratives.