Découverte d'un nouveau virus intestinal largement répandu


  • APA
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Bien qu'il soit probablement « aussi vieux que l'humanité », il est resté bien dissimulé : des médecins des États-Unis et des Pays-Bas ont découvert dans les intestins un nouveau virus qui est probablement présent chez la moitié de la population mondiale. Ils ont rapporté leur découverte de crAssphage dans la revue scientifique « Nature Communications ».

En collaboration avec un chercheur du Radboud University Medical Center (Nijmegen), des chercheurs de l'Université d'État de San Diego ont examiné l'ADN d'échantillons fécaux pour rechercher la présence de nouveaux virus. Ce faisant, ils ont découvert des regroupements d'ADN viral, longs d'environ 97 000 paires de bases, qui étaient présents dans l'ensemble des 12 échantillons. La vérification dans diverses bases de données et par rapport à de nouveaux échantillons a confirmé que le virus était inconnu mais qu'il existe réellement.

Le pathogène a été dénommé d'après le logiciel qui a permis d'aider à sa découverte : crAssphage. « Il n'est pas rare de rechercher un nouveau virus et d'en découvrir un », a déclaré l'auteur de l'étude Robert A. Edwards. « Mais il est très inhabituel d'en découvrir un qui se retrouve chez autant de personnes ». Cela indique qu'il s'agit d'un virus très ancien.

On sait que le virus de forme circulaire crAssphage appartient au groupe de bactériophages qui infectent les souches bactériennes Bacteroidetes. Ces bactéries sont soupçonnées de jouer un rôle important dans la relation entre les bactéries intestinales et l'obésité. Cependant, le rôle que crAssphage joue dans ce processus reste encore incertain.

Le mode de transmission du virus est également toujours inconnu. Étant donné que l'on ne trouve pas le pathogène chez les très jeunes enfants, il n'est apparemment pas transmis par la mère.